cirque
étymologie
Du latin circuscercle, cirque ») issu d'une racine indo-européenne *kwel, qui comme pour le grec ancien κύκλος kyklos, est redoublé. [https://web.archive.org/web/20051230145623/http://www.bartleby.com/61/roots/IE250.html source].

nom

SingulierPluriel
cirquecirques

cirque \siʁk\ masculin

  1. (Antiquité) Lieu destiné, chez les Romains, à accueillir les jeux publics, et particulièrement les diverses formes de lutte et les courses de chevaux et de chars.
    • Comment concilier la passion immodérée des Romains pour les combats du cirque, et l'infamie dont ils couvraient les instrumens de ces cruels spectacles, les arénaires, bestiaires, gladiateurs ?Arène », dans le Dictionnaire universel de droit français par Jean-Baptiste-Joseph Pailliet, vol. 5, Paris : chez Tournachon-Molin, 1827, p. 516)
    • Les cirques étaient ordinairement de forme ovale.
  2. (cirque) Entreprise de spectacle qui organise des jeux et exercices de ce genre.
    • Le maître du cirque de la barrière du Combat profitait des vacances de Pâques pour envoyer ses ours et ses dogues donner quelques représentations à Meaux. Toute cette ménagerie voyageait à pied. (Victor Hugo, Lettre Vingtième : De Lorch à Binden, dans Oeuvres complètes : Le Rhin, Tome II, Henri-Louis Delloye éditeur, Paris, 1842, [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86265154/f78.image p. 70])
    • Peu d'années après sa création, le cirque fermé et couvert trouva le moyen de devenir nomade. La tente de toile ou « chapiteau » soutenue par un mât central, les gradins démontables, une enceinte formée de matériaux légers, ont permis au cirque de transporter son spectacle de ville en ville. (Gustave Fréjaville, « Cirques fixes et cirques voyageurs », dans Encyclopédie française, Tome XVI : Arts et littératures dans la société contemporaine, Paris, 1935, p. 16.76-16)
    • Il avait appartenu, en qualité de porteur, à une troupe d'acrobates de cirque, puis s'était entraîné au tapis, en vue d'un numéro de « flic-flac » avec rattrape sur les épaules. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • À Rochechouard, « Médrano », a rajeuni le cirque Fernando, et dans le souvenir du clown Boum-Boum, a trouvé un heureux déroulement de spectacle. (Jean Valmy-Baysse, La curieuse aventure des boulevards extérieurs, Éditions Albin-Michel, 1950, p.239)
    • […] les trompettes et les tambours du cirque couvraient les valses des chevaux de bois, et le crépitement des tirs scandait d'un pointillé sonore ce vacarme étourdissant et faux. (Pierre-Henri Simon, Celle qui est née un dimanche, 1952)
  3. (Géographie) Bassin de montagnes disposé circulairement.
    • A nos pieds, dans un vaste cirque encadré de crêtes noires et déjà tout envahi par les ombres crépusculaires, apparaît une énorme agglomération de tentes grises, […]: la m’halla! (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 55)
    • Les montagnes s'élevant à des hauteurs majestueuses formaient une espèce de cirque, d'immense amphithéâtre naturel autour du bassin qu'était la rade […]. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : ''De New-York à Tahiti’', 1929)
  4. (Figuré) (familier)
    1. Situation chaotique ; désordre.
      • D'autres expressions sont moins flatteuses et l'on n'hésite pas, face à un désordre, à s'exclamer "Quel cirque !" alors que les dictionnaires les moins laxistes mettent à notre disposition des mots comme bazar, bordel ou merdier. (Hugues Hotier, Le cirque, impératifs de sécurité et imaginaire du risque ↗, Quaderni, N°44 : Les industries de l'évasion, p. 102, Paris, Printemps 2001.)
      • Quelques alcoolos faisaient un cirque vaseux. Les alcoolos m’emmerdent, ils ne sont jamais drôles. (Claude Courchay, Les Américains sont de grands enfants, Flammarion, 1979, p. 136)
    2. Comportement outrancier ; exagération.
      • […] D’ailleurs, il arrive aujourd’hui que le mot « cirque » soit remplacé par « psychodrame ». Autrement dit : arrête de faire des histoires, cesse d’amplifier les choses ! Qui fait un « cirque » ou un « psychodrame » est … un emmerdeur. (Corinne Gal, Le Psychodrame, une expérience aussi forte que la vie, Éditions Odile Jacob, Paris, 2016)
synonymes
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français