clameur
étymologie
Du latin clamor voir clamer.
(ca. 1050) clamor (Vie de saint Alexis).

nom

SingulierPluriel
clameurclameurs

clameur \kla.mœʁ\ féminin

  1. Grand cri, cris confus de plusieurs personnes réunies.
    • Le bruit dans l’intérieur du château, bruit occasionné par les apprêts de la défense, devint plus considérable, et se changea en tumulte et en clameurs de plus en plus assourdissantes. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • La clameur fut si forte et si unanimement vocifératrice, qu'il fallut, malgré le froid, ouvrir les portières, car on ne s'entendait plus. (Octave Mirbeau, Paysage d'hiver, dans La vache tachetée, 1918)
    • La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. (Léo Ferré, Préface à Poètes..vos papiers!, 1956)
    • Quelle clameur justifiée une telle décision eût soulevée dans une démocratie où l'on avait le sentiment fondé que les classes riches étaient ménagées par le fisc! (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • (Figuré)Tous deux durent revenir trois fois dans la clameur des cuivres et s'incliner devant la rampe, face au public dont les bravos, du haut en bas de la salle, crépitaient sans faiblir. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  2. (Figuré) Injure, outrage.
    • Et voilà notre poissarde qui s'échauffe, emplit l'air de ses clameurs. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  3. (Figuré) Indignation.
    • Seule la clameur mondiale peut empêcher un génocide. (De rares images des Awa, tribu isolée et menacée en Amazonie)
    • La clameur publique, L’indignation publique, manifestée de quelque manière que ce soit.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français