cochenille
étymologie
(1567) cossenille (« principe colorant fourni par un insecte qui vit sur le nopal ») ; (1578) cochenille.
De l’espagnol cochinilla « id. » (attesté depuis 1555) et « insecte américain dont on extrait ce principe colorant », probable transposition de cochinilla au sens de « cloporte » à cause d’une certaine ressemblance entre cet insecte et la cochenille femelle, lui-même diminutif de cochino (voir cochon) bien que l’antériorité du sens « insecte » ne soit pas prouvée.
D’autres étymologies sont aussi proposées : latin coccinus par l’intermédiaire de l’italien cocciniglia ou du grec ancien κογχύλιον par l’intermédiaire de l’espagnol. La racine du mot en grec veut dire, en effet, « baie », tout comme la notion d’écarlate en latin.

nom

SingulierPluriel
cochenillecochenilles

cochenille \kɔ.ʃə.nij\ féminin

  1. Insecte homoptère caractérisé par un très fort dimorphisme sexuel, formant une super-famille des Sternorhynches, les Coccoidea, dans la classification classique.
    • La cochenille est une espèce de punaise qui a six pattes, & deux ailes d'une délicatesse si grande, qu'elles ne lui servent point à voler. On trouve quelquefois en France de ces insectes précieux sur les plantes d’artichaux [sic]; mais c'est au Mexique qu'ils abondent sur une sorte de figuier, connu en Europe sous le nom de figuier des Indes ou de cocheniller : […].Productions & Profits champêtre non ordinaires », part. 2, livre 5, chap. 5 de La nouvelle maison rustique, ou Économie générale de tous les biens de campagne, par Louis Liger, 10e édition augmentée, tome 1, Paris : chez Samson, 1775, p. 865)
    • D’après MM. Pelletier et Caventou, le carmin est un composé de la matière colorante de la cochenille, d’une matière animale qui y est également renfermée, […]. (Dictionnaire des arts et manufactures, tome A-F, Paris, L. Mathias, 1845, page 617)
    • En Afrique et dans le Pacifique du Sud, la cochenille Aspidiella hardii est un insecte suceur qui infeste les rhizomes encore au champ. (Dominique Cardon, Ressources végétales de l'Afrique tropicale : colorants et tanins, page 81, PROTA, 2005)
    • Et sur le dossier très spécifique d'une attaque, par des cochenilles, des tilleuls situés autour de la superbe place de Céroux, menaçant gravement ces arbres séculaires, nous choisirons de recourir à un lâcher de coccinelles, plutôt que de pulvériser des pesticides, comme cela se pratique classiquement. (Jean-Luc Roland , Un bourgmestre vert à Ottignies-Louvain-la-Neuve, Luc Pire Editions, 2006, page 52)
  2. Principe colorant rouge qui est tiré des pucerons de ces insectes.
    • Pour la teindre, on prépare un bain frais, dans lequel on met une once de cochenille pour chaque livre de laine : lorsque le bain est un peu plus que tiède, & lorsqu'il commence à bouillir, on y met la laine qu'on remue bien sur ses lissoirs ou bâtons, comme on a dû faire pour le bouillon, & on l'y laisse de la sorte pendant une heure; après quoi on la lève , on l'exprime, & on la porte laver à la rivière. (« Teinture », dans l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, sous la direction de Denis Diderot & Jean Le Rond d'Alembert, tome 16 (Te-Venerie), Neufchastel : chez Samuel Faulche & Cie, 1765, p. 20)
    • La cochenille, le lake-lake et le kermès, sont trois matières tinctoriales provenant de trois insectes appartenant au même genre, quoique très différents par leurs habitudes et leur origine. Ils fournissent tous les trois des couleurs rouges solides; celle qui est produite par la cochenille est la plus belle, celle qui provient du lake-lake s'en rapproche; mais celle que donne le kermès laisse beaucoup à désirer pour l'éclat et la pureté. (Jean-Baptiste Dumas, Précis de l'art de la teinture, Paris : chez Béchet jeune, 1846, p.63)
synonymes
traductions
adjectif

SingulierPluriel
cochenillecochenilles

cochenille \kɔ.ʃə.nij\ masculin et féminin identiques

  1. De la couleur rouge de cette teinture.
    • Quand nous la vîmes pour la première fois à l’exposition de Lille nos yeux ne se détachèrent plus de ce fabuleux feuillage d'un vert extrêmement foncé, sur lequel se détachent de larges veines si nettement tranchées, d'un coloris cochenille très-foncé. (Louis van Houtte, « Gymnostachyum (??) verschaffeltii Lem. - Ancanthaceae », 10e livraison du volume Flore des serres et des jardins de l'Europe, journal général d'horticulture, tome 15, Gand : chez Louis Van Houtte éditeur, 1862-1865, p. 153)
    • Elle, dans sa robe cochenille, sa tête appuyée sur sa petite main, comme ployée sous les trop lourds cheveux noirs qui ruissellent en cascade sur son épaule frêle, regarde fixement de ses yeux profonds l'eau profonde aussi et mystérieuse comme elle. (Jean de la Jaline , « Deux relâches, chap. 2 : Colombo », dans la Revue de l'Agenais, vol. 26, Agen : Académie des sciences, lettres et arts, 1899, p. 425)
    • Lors de l’intoxication aiguë, la présentation classique initiale est la triade : céphalées, nausées, vomissements et sensations vertigineuses. Il peut exister également de façon inconstante : […];
      • des phlyctènes par compression, une coloration cochenille de la peau (le plus souvent une cyanose); […].
      (« Pathologies toxiques non tumorales », chap. 8 de Toxicologie, ouvrage collectif sous la direction de Xavier Coumoul, Éditions Dunod, 2017, rééd. 2019, p. 192)
synonymes forme fléchie

cochenille \kɔ.ʃə.nij\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe cocheniller.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe cocheniller.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe cocheniller.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe cocheniller.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe cocheniller.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français