combat
étymologie
De combattre.

nom

SingulierPluriel
combatcombats

combat \kɔ̃.ba\ masculin

  1. Action par laquelle on attaque et l’on se défend.
    • On avait bien pensé quelquefois à leur chercher noise et à les contraindre au combat individuel. Mais ils ne se séparaient pas, […]. (Louis Pergaud, Deux Veinards, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Combat d’homme à homme. — Combat singulier. — Appeler quelqu’un au combat.
    • Combat d’une armée contre une autre armée. — Combat à outrance. — Combat opiniâtre.
    • Combat sur terre, sur mer. — Combat naval. — Livrer un combat.
  2. Action des animaux que l’on fait battre les uns contre les autres.
    • Combat de coqs.
  3. (Poésie) (soutenu) (Au pluriel) Guerre.
    • L’art des combats. — Le dieu des combats. — Je chante les combats.
    • Au milieu des combats. — L’honneur vous appelle aux combats.
  4. Jeux publics des anciens, où l’on disputait de force et d’adresse dans les différents exercices du corps.
    • Combats gymniques. — Combat à la course, à la lutte. — Combat du ceste, de l’arc, etc.
    • Les combats de gladiateurs offraient un spectacle barbare.
  5. (Figuré) Toute sorte de rivalité, de débat, de lutte.
    • Combat de civilité, d’esprit, de générosité. — Le combat des éléments.
  6. (Figuré) Lutte des sentiments intérieurs, des mouvements opposés que l’âme éprouve.
    • Il faut soutenir bien des combats pour vaincre ses passions.
    • Il ne prit ce parti qu’après bien des combats.
    • La vie de l’homme est un combat perpétuel.
    • Soutenir le bon combat : Lutter pour une bonne cause.
synonymes
traductions
traductions
forme fléchie

combat \kɔ̃.ba\

  1. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de combattre.
    • Mais l’Encyclopédie réclame pour les magistrats le droit d’exterminer les athées, « si contraires au bonheur de l’humanité » ; M. Dommanget rappelle que Mably, théoricien du communisme utopique de la seconde moitié du XVIIIe siècle, « combat l’athéisme et demande une répression extrêmement sévère contre les athées » ; de même Bonneville, qui écrit à la fin du siècle pour « déroiser et déprêtrailler » l’État, relègue l’athée au bas de l’échelle sociale. (La Nouvelle revue française, 1965, n° 153 à 156, page 724)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.010
Dictionnaire Français