commotion
étymologie
Emprunté du latin commotiomouvement, secousse », « émotion, agitation de l'âme »).

nom

SingulierPluriel
commotioncommotions

commotion \kɔ.mɔ.sjɔ̃\ féminin

  1. Secousse violente.
    • Or, quand les yeux de cette femme rencontrèrent les yeux clairs et luisants de cet homme, elle éprouva dans l'âme un frisson semblable à la commotion qui nous saisit à l'aspect d'un reptile ou lorsque nous touchons à une bouteille de Leyde. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • J’ai cru que le train allait être jeté hors des rails par la commotion de l’air. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. XXIII, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • (Figuré)Quelque méprisés et déchus qu’ils fussent ordinairement, les Anglo-Saxons, par leur force numérique, devenaient nécessairement formidables dans les commotions civiles qui menaçaient l’État, …. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Médecine) Violent ébranlement des centres nerveux, causé par une chute ou par quelque coup.
    • Il y avait à craindre que ce coup, que cette chute n’eût fait commotion au cerveau. - Il tomba de fort haut, ce qui lui causa une commotion générale dans tout le corps.
    • Elle ne parle pas. Peut-être la commotion lui a-t-elle ôté l'usage de la parole ? (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. IX, Gallimard, 1937)
  3. (physique) Secousse plus ou moins violente que l’on éprouve par une décharge électrique.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.010
Dictionnaire Français