congédier
étymologie
(1409) En ancien français congeer, congier (« donner congé »), avec, pour le \d\, l’influence de l’italien congedo.

verbe

congédier \kɔ̃.ʒe.dje\ transitif conjugaison

  1. Autoriser ou inviter quelqu’un à se retirer.
    • Suis-moi donc dans ce passage, dit Front-de-Bœuf, afin que je puisse te congédier par la poterne. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il vit que son notaire était bien décidément un imbécile qu'il fallait tout uniment congédier, et il l'arrêta résolument par un geste. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • A la même occasion je fus témoin de la réception d'une délégation de la communauté israélite de Settat. Arrivée à une distance respectueuse des tentes de Si Ahmed, elle se prosterna très bas et déposa son offrande de soieries, après quoi elle fut congédiée d'un geste hautain, sans une parole. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 136)
  2. Déclarer ou faire connaître à un employé qu’il doit se retirer pour ne plus revenir.
    • Fernand Reynaud, parlons-en : […]. Une bétaillère qui avançait trop lentement abrégea son voyage terrestre en projetant sa Rolls contre le mur du cimetière auvergnat du Cheix-sur-Morge. On congédierait un scénariste imaginant une mort pareille. (Bertrand Beyern, Carnet de dalles, Éditions du Cherche-Midi, 2012)
synonymes
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français