conjurer
étymologie
Du latin conjuro voir con-, jurer.

verbe

conjurer \kɔ̃.ʒy.ʁe\ transitif conjugaison (pronominal : se conjurer)

  1. Prier instamment.
    • L'évêque constitutionnel de Rhône-et-Loire : Lamourette, ayant conjuré ses collègues de s'unir « pour rendre l'ordre à l'Empire et la sécurité à la nation », l’inimaginable s'était produit : Feuillants et Jacobins, la Montagne et la Plaine, avaient oublié leur mutuel soupçon, leurs accusations réciproques, en se jurant de ne plus songer qu'au salut public. (Robert Margerit, La Révolution: Les autels de la peur, Gallimard, 1963, p. 128)
    • Je vous conjure de faire cela. — Faites cela, je vous en conjure.
  2. (religion) Exorciser, se servir de certaines prières, de certaines formules pour chasser les démons, pour écarter la peste, l’orage, etc.
    • Conjurer le diable.
    • TANTE MICHELLE. – Le Vieux de la Montagne conjurait les bêtes. Il disait : « Tu te signes, tu la signes et tu lui demandes : Vilaine bête, quel jour est la Fête-Dieu ? » (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 389)
    • Conjurer les éléments.
  3. (Figuré) Détourner par prudence, par adresse, un malheur dont on est menacé.
    • Qu’y a-t-il Héloïse ?
      Le prénom familier rompait l’envoûtement, conjurait le péril. Il la rejetait vers l’enfance, niait sa flamboyante puberté.
      (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Nobles polonais, ne tenez pas à une chimère ; […]. Hâtez-vous d’accomplir votre nuit du 4 août, si vous voulez conjurer un 93. (François-Vincent Raspail, De la Pologne — Pour une réforme agraire, 1839)
    • Atteint d’un mal nommé porphyrie, le pauvre garçon est contraint de s’abreuver de sang humain pour conjurer sa langueur chronique. (François Rivière, Dracula, cent ans et toutes ses dents, dans Libération (journal), 31 décembre 1987)
    • Sauf que cette fois, les numéros pagnolesques devant les caméras ne suffisent plus à conjurer la crise. Gaudin a choqué la population en s'enfermant d'abord dans le déni, allant jusqu'à accuser la pluie. (Louis Hausalter, A Marseille, l'effondrement du système Gaudin, dans Marianne n° 1132 du 23-29 novembre 2018, p. 28)
  4. Compenser, annuler.
    • Il cornait et ralentissait dans les virages en se tenant incliné sur le côté pour conjurer la force centrifuge. (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 22.)
  5. Décider, résoudre une chose de concert avec une ou plusieurs personnes, en ayant une ferme détermination de l’exécuter, de l’accomplir.
    • Ils conjurèrent la ruine de leur patrie.
    • Ils ont conjuré votre perte.

      se conjurer pronominal ou conjurer intransitif

  6. (pronominal) (intransitif) (vieilli) Se concerter entre plusieurs personnes après avoir prêté serment de fidélité, en vue de renverser le pouvoir du souverain ou du gouvernement établi.
    • Catilina conjura contre la République.
    • Cinna conjura contre Auguste.
    • Cet ambitieux était toujours prêt à conjurer.
    • Il les voyait tous conjurés pour le perdre.
  7. (pronominal) (intransitif) (Figuré) (en parlant des choses)La maladie, la température, l’état des routes, tout conjure contre nous.
traductions traductions
  • anglais : conjure
  • espagnol : conjurar



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.069
Dictionnaire Français