consoler
étymologie
(XIIIe siècle) Du latin consolari.

verbe

consoler \kɔ̃.sɔ.le\ transitif conjugaison

  1. Soulager quelqu’un dans son affliction par des discours, par des soins, ou de quelque autre manière que ce soit.
    • Mais, dès qu’il voyait qu’elle pleurait, il la prenait dans ses bras et la couvrait de baisers pour la consoler. (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Mais les hommes n’échappent pas à leur destinée, et la mienne consiste à gagner deux mille francs. Je ne suis point né pour acquérir de la fortune, et je m’en consolais, jadis, en me disant que chacun, sur la terre, est payé selon ses mérites. (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • […] le père de Laforgue, qui s’était depuis quelque temps consolé du refus de son fils d’entrer à Polytechnique, lui parlait d’une thèse de doctorat, après l’agrégation […] (Paul Nizan, La Conspiration, 1938, p. 52)
  2. Donner, apporter de la consolation, en parlant d’une chose.
    • Cet espoir me console.
    • Peu de chose suffit pour consoler un enfant.
    • Ce bien le console de la perte de tous les autres.
    • Une affliction que rien ne pouvait consoler.
    • Ce qui console de la mort des amis, c’est qu’ils laissent des veuves. {{source|

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.027
Dictionnaire Français