continence
étymologie
Du latin continentia.

nom

SingulierPluriel
continencecontinences

continence \kɔ̃.ti.nɑ̃s\ féminin

  1. Abstinence par rapport aux plaisirs des sens.
    • Franchement, à l’âge qu’elle a et que je ne veux dire, il sied d’avoir quelque continence. (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 156)
    • Or c’est justement parce que nous savons tout cela que nous considérons les recommandations et les prédications sur la continence comme nuisibles, car c’est fermer les yeux sur un mal qu’il s’agit de combattre. (Jane de Magny & Georges Anquetil, L’Amant légitime ou la Bourgeoise libertine, 1923)
    • Il pratiquait une certaine économie du plaisir, selon les travaux dont il était occupé. Tant qu’il menait une affaire difficile, laborieuse, il s’abstenait, ou se montrait moins assidu à l’amour. Ce n’étaient ni la fatigue, ni la tension de son esprit qui l’empêchaient d’être dispos, mais il tenait qu’en affaires la continence est un secret de réussite. (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 21.)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.058
Dictionnaire Français