corniche
étymologie
(Au sens architectural) (1524) De l’italien cornice [1], attesté comme terme d'architecture depuis les débuts du quatorzième siècle.
(Au sens scolaire) Dérivé régressif de cornichon#fr-nom-2|cornichon (« élève de classe préparatoire à l’école militaire de Saint-Cyr »), peut-être en référence plaisante à la manière de conserver les cornichons, bocal étant le terme familier désignant l'École de Saint-Cyr.

nom

SingulierPluriel
cornichecorniches

corniche \kɔʁ.niʃ\ féminin

  1. (architecture) Ornement composé de moulures en saillie l’une au-dessus de l’autre.
  2. Tout ornement saillant qui règne autour d’un plafond, au-dessus des portes, des armoires, etc.
    • Corniche de plâtre, de marbre, de bois, etc.
  3. (Géographie) Route de montagne qui surplombe un précipice.
    • Quand ces quatre personnages, […], arrivèrent au coude de la route qui tourne sur elle-même comme celles que les Italiens appellent des corniches. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  4. (alpinisme) (Géographie) Accumulation de neige en surplomb qui se forme sous le vent d’un précipice, d’une arête.

traductions
traductions
traductions
nom

SingulierPluriel
cornichecorniches

corniche \kɔʁ.niʃ\ féminin

  1. (militaire) Classe préparatoire de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr où les élèves sont nommés cornichon#fr-nom-2|cornichons.
    • La messe des corniches de Paris sera dite en l'église Saint-Louis-des-Invalides demain dimanche, à 10 heures, à la mémoire des Saint-Cyriens morts pour la France. (Le Figaro, 19-20 janv. 1952)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.018
Dictionnaire Français