courage
étymologie
De l’ancien français corage, du latin cor, (« cœur ») et du suffixe -age.

nom

SingulierPluriel
couragecourages

courage \ku.ʁaʒ\ masculin

  1. Capacité d'un humain ou un autre animal de vaincre sa peur pour braver le danger, supporter la souffrance, entreprendre des choses effrayantes, douloureuses ou difficiles.
    • Le courage, ce nest pas de laisser aux mains de la force la solution des conflits que la raison peut résoudre ; car le courage pour vous tous, courage de toutes les heures, c'est de supporter sans fléchir les épreuves de tout ordre, physiques et morales, que prodigue la vie. Le courage, c'est de ne pas livrer sa volonté au hasard dans les lassitudes inévitables, l'habitude du travail et de l'action. (Jean Jaurès, Discours à la jeunesse, Albi, 1903)
    • Ce ne sont pas des considérations sur l’harmonie de l’Univers (même en personnifiant l’Univers), qui pourront donner aux hommes ce courage que Renan comparait à celui que possède le soldat montant à l’assaut. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, VII « La morale des producteurs », 1908, p. 332)
    • Acceptons que le courage militaire demeure l'apanage d'une caste enfantine et bruyante, et ne se répande pas, comme l'a fait la Légion d’honneur, son insigne, parmi les professeurs, les contrôleurs, les peintres... (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Le texte exact de Platon est : « Dans l'ordre des vertus, la sagesse est la première; la tempérance vient ensuite; le courage occupe la dernière place. » Platon entend ici par courage […] l'aptitude de l'homme à affronter la mort. Il semble bien qu'il n'eût pas davantage donné le premier rang au courage en tant que force d'âme, en tant que raidissement contre le malheur, comme le feront les stoïciens ; […]. (Julien Benda, La trahison des clercs, 1927, édition revue et augmentée, Grasset, 1946, p. 205, n. 1)
    • Les généraux sont des gens qui manquent le plus complètement de courage qu'il y ait. (Patrice de Mac Mahon, cité dans:Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942, p. 40)
    • Si, comme on le dit, le courage est l'art du commencement, la persévérance, elle, c'est l'art du recommencement. (Mustapha Fahmi, La leçon de Rosalinde, éditions La Peuplade, Chicoutimi (Québec), 2018, p. 99)
    • Le courage se situe toujours quelque part entre l'audace et la couardise. (Jean Proulx, Grandir en humanité, Fides, 2018, p. 81)
  2. (moderne) Capacité à ne pas avoir peur, face à une situation potentiellement effrayante (contraster avec sens n°1)
  3. Interjection pour animer, pour exciter.
    • Allons, courage !
    • Courage, mes amis !
    • Bon courage !
  4. Personnes courageuses.
    • Enflammer les courages.
    • Les grands courages ne se laissent point abattre par l’adversité.
  5. Dureté de cœur.
    • Elle se dit qu'il fallait montrer aujourd'hui tout son courage, être comme ces femmes de la ville, ces grandes dames qui savent mépriser les hommes peu fidèles et regarder avec hauteur leur légèreté oublieuse. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
synonymes antonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.021
Dictionnaire Français