courre
étymologie
Ancien infinitif du verbe courir, du latin cŭrrĕre, « courir ».

verbe

courre \kuʁ\ transitif

  1. (Ancien) (chasse) Forme ancienne de courir jusqu’au XIIIe siècle.
    • La mutilation des chiens qui pouvaient être à la garde des troupeaux, et qui avait pour but de les empêcher de courre le daim, s’appelait lawing et était d’un usage général. (Walter Scott, Ivanhoé, ch. I, note du traducteur, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Charles comptait rencontrer cent personnes chez son oncle, chasser à courre dans les forêts de son oncle, y vivre enfin de la vie de château. (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1834 ; p. 233 de l’éd. Houssiaux de 1855)
  2. (Archaïsme) (Désuet) Courir.
    • elle [Mme de Clèves] le [Le duc de Nemours] vid coure la bague (Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678)

nom

SingulierPluriel
courrecourres

courre \kuʁ\ masculin

  1. (chasse) Tout l'appareil de vénerie d'une chasse à courre.
    • En compensation de la gêne que ses courres pouvaient leur causer, le Roi leur envoyait des pièces de gibier et les dames avaient les honneurs du pied. (Michel Antoine, Louis XV, Fayard, 1989)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français