course
étymologie
Dérivé de cours, influencé par l’italien corsa.

nom

SingulierPluriel
coursecourses

course \kuʁs\ féminin

  1. Action de courir, mouvement de celui qui court.
    • […], il n’est de bruit qu’un ver qui taraude incessamment les boiseries et dans le plafond, la course d’un rongeur. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Le rendu donnait un style wagnérien ([…]), spectacle fait de quelques passes immédiatement verticales, de nuques longues et de moustaches guerrières donnant aux courses époumonées une indéniable esthétique télévisuelle. (Thibaud Leplat, Football à la française, Solar Éditions, 2016)
  2. (sport) Toute épreuve sportive où la vitesse est en jeu.
    • Nos pères étaient donc plus sages que nous lorsqu’ils repoussaient l’idée des courses. En 1820 il se présentait seulement sur nos hippodromes 120 concurrents se disputant 60 prix. (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Très sportivement les frères Darrel, qui avaient pris part par deux fois à la course New-York-îles Bermudes à bord de leur yawl Dainty, m'offrirent leur cale de halage pour mettre à sec. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Ils se sentaient en sécurité comme les spectateurs d’une course de taureaux : ils risquaient peut-être leur argent sur le résultat, mais c’était tout. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 211 de l’éd. de 1921)
    • (Figuré)L’indépendance s'installa au pays, on rétribua ceux qui le méritèrent et ceux qui ne le méritèrent pas, la course aux récompenses pour conduite héroïque était engagée. (Rabea Bennouna, Tazmamart côté femme: témoignage, Casablanca : Addar Al Alamia Lil Kitab, 2003, page 12)
  3. (Poésie) (soutenu) Cours, mouvement apparent des astres, etc.
    • L’astre du jour va commencer sa course. — Le soleil est au terme de sa course. — La lune poursuivait sa course paisible
  4. (vieilli) Actes d’hostilité que l’on faisait en courant les mers ou en entrant dans le pays ennemi. Note d’usage : On dit maintenant incursion, reconnaissance, pointe, etc.
    • J'ai pris plusieurs femmes dans mes courses ; je n'en garde aucune ; je les vends cher quand elles sont belles, sans m'informer de ce qu'elles sont. (Voltaire, Zadig, XIV. Le brigand, 1748)
    • Pendant les guerres de la révolution, Chausey, trop exposé aux courses des corsaires de Jersey, resta inhabité. (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
    • J'aimais à relire la vie des flibustiers, […], maîtres de ces parages au XVIIe et au XVIIIe siècle, avant que l’entente franco-anglaise mît fin à cette guerre de pillage et de course. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  5. (Spécialement) (marine) En parlant des corsaires, se disait des bâtiments armés en guerre par des particuliers et autorisés par un gouvernement à courir sur les navires marchands ennemis.
    • Armer un vaisseau en course.
    • C’est pour cette raison qu’on a confondu, très souvent, la piraterie avec la course ; en droit pur, c’est chose différente, en pratique, le fossé qui les sépare est beaucoup moins profond. (Étienne Dupont, Le Vieux Saint-Malo : Les Corsaires chez eux, Édouard Champion, 1929, page 46)
  6. Allées et venues, sorties que l’on fait dans la journée.
    • Je commence mes courses dès le matin. — Je ne l’ai pas trouvé, il est en course. — Faire une course à pied.
    • J’y passerai dans mes courses. — On demande un employé pour faire les courses.
  7. Objet de ces allées et venues d’où achats, emplettes. — Note: Il est alors surtout au pluriel.
    • […], un des voisins, qui avait justement des courses à faire au marché, partit dès la première heure pour aller là-bas quérir des renseignements. (Louis Pergaud, La Disparition mystérieuse, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • J’ai une course à faire.
  8. Trajet que fait une voiture, une automobile de place en transportant une ou plusieurs personnes d’un lieu à un autre.
    • Au moment où la petite vieille règle sa course, il aperçoit Dicky sur sa Harley dans une allée ensablée. (Guillermo Saccomanno, Basse saison, traduit de l'espagnol (Argentine) par Michèle Guillemont, Asphalte Éditions, 2015)
    • Ce cocher n’a fait que deux courses dans toute la journée.
    • Le prix des courses est fixé par des règlements de police.
  9. Trajet parcouru ou à parcourir soit à pied, soit en voiture.
    • Parfois les rênes s’échappent de nos doigts engourdis, et nos montures aveuglées, tournant le dos à la tempête, refusent d'avancer. Nous les laissons souffler un instant, puis reprenons notre course muette et aveugle. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : Étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 36)
    • Le vieux, surtout, dissimulait mal son inquiétude : il comptait trop d'amis, trop de parents en course à l'heure présente, et les guide de haute montagne qui se lancent dans le Petit Dru ne sont pas légion. (Roger Frison-Roche, Premier de cordée, chapitre V)
  10. (Figuré) Marche, progrès rapide d’une personne ou d’une chose.
    • Rien ne peut arrêter ce conquérant, ce fléau dans sa course.
    • La course précipitée du temps.
  11. (arts) Distance comprise entre les deux points extrêmes du trajet parcouru par la tige d’un piston, par un tiroir de pompe, dans leur mouvement.
    • Ce piston est à mi-course.
    • course d’une navette, Trajet qu’elle parcourt dans son mouvement de va-et-vient.
  12. (Par ellipse) (tauromachie) Course de taureaux.
    • Grâce à l’évaporation rapide produite par une chaleur de 38 à 40 degrés, à notre retour à Puerto, nous étions en état de disserter sur les points de psychologie les plus délicats et d’apprécier les coups à la course. Cette course, où la plupart des taureaux étaient embolados, c’est-à-dire portaient des boules au bout des cornes, et où deux seulement furent tués, nous réjouit fort par une foule d’incidents burlesques. (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
    • Des six courses qu’il m’a été donné jusqu’à présent de voir, la première aux arènes romaines de Fréjus, était purement ignominieuse : des toreros ou trop jeunes ou trop vieux ; de grands veaux massacrés pire qu’à la boucherie, parfois urinant de frayeur ou beuglant ; […] (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 73)

traductions
traductions
  • allemand : Rennen neutre (Autorennen; Pferderennen, Radrennen,...)
  • anglais : race
  • espagnol : carrera
  • russe : гонка

traductions
  • allemand : Einkauf (Einkäufe tätigen), Besorgung (Besorgungen machen)
  • anglais : shopping (faire les courses = to go shopping) ; errand (I have to do an errand.)
  • espagnol : compra (faire les courses = ir de compras)

traductions
traductions
forme fléchie

course \kuʁs\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de courser.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de courser.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de courser.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de courser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de courser.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.011
Dictionnaire Français