couverte
étymologie
Participe passé féminin singulier de couvrir.

nom

SingulierPluriel
couvertecouvertes

couverte \ku.vɛʁt\ féminin

  1. Ce qui recouvre quelque chose.
    • Par dessus on met du fraisil ou de la terre argileuse légèrement humectée et que l'on bat fortement. On forme ainsi une couverte destinée à empêcher l'accès trop rapide de l'air pendant la combustion. (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 165)
  2. (marine) (vieilli) Voilure dont on couvre un vaisseau désarmé.
  3. (CA) (La Réunion) Couverture de lit.
    • Un coffre dans lequel se trouvent une grande nappe damassé, une couverte d'enfant avec la maillotte ; trois draps ; […]. (Publications de la Section historique de l'Institut royal grand-ducal de Luxembourg, vol.51, Impr.-Librairie de V. Buck, 1903, p.420)
    • Dans le contrat de 1650, la future a reçu « pour frais nuptiaux non restituables, une couverte de layne, deux linceuls bons et suffisants, […]. » (Marcel Saby, Allègre et sa région au fil des siècles, Société académique du Puy et de la Haute-Loire, 1976, p.171)
  4. (militaire) Couverture de selle de cavalerie.
    • Pour plier la couverte, deux cavaliers se placent en face l'un de l'autre, prennent dans chaque main un coin de la secouent fortement deux fois de chaque côté ; […]. (Projet de règlement d'équitation militaire: rédigé par les soins de la commission instituée par l'arrêté ministériel du 16 décembre 1842, n°942, Bruxelles, 1844 , p.41)
  5. (Lorraine) Couvercle.
  6. (Argot militaire) Couverture.
    • — Ils ne vont pas retarder ma démobilisation ?… J’ai cinq semaines de prévention. Pour deux couvertes, c’est bien payé ! (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 75.)
  7. (arts) Émail qui couvre une terre mise en œuvre et en particulier la porcelaine.
    • Cette couleur s'applique ordinairement à cru sur tous les vases avant de leur donner la couverte et de les mettre au feu , en sorte que la couverte qu'on met ensuite par-dessus lui sert de fondant. (Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, 1780, Paris, Amable Costes & Cie, vol.2 , 1820, p.342)
    • On conçoit, d'après cela, que la couverte de la porcelaine dure, réagit peu sur la couleur qu'on y applique ; […]. (Jean-Baptiste Dumas, Traité de chimie appliquée aux arts, vol.2, 1830, p.707)
  8. Bride de sabot, généralement en cuir.
    • Odette avait acheté en Bretagne une petite paire de sabots pour Annie et pour elle des sabots avec une couverte de cuir glacé de teinte marron, très seyants. (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 312.)
forme fléchie

couverte \ku.vɛʁt\

  1. Féminin singulier de couvert.
    • Mais à sa grande surprise, la liste de présence dont elle se sert tous les jours est couverte de signes mystérieux auxquels elle ne comprend goutte. (Pierre Barthelemy, Passeur de sciences, 2014)
forme fléchie

couverte \ku.vɛʁt\

  1. Participe passé féminin singulier de couvrir.
    • Les talons battaient de fièvre, la plante s’était couverte d’ampoules, dont la peau arrachée se collait à ses bas. (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.057
Dictionnaire Français