crépuscule
étymologie
Du latin crepusculum de même sens, diminutif de creper (« obscur ») soit la « petite obscurité ».

nom

SingulierPluriel
crépusculecrépuscules

crépuscule \kʁe.pys.kyl\ masculin

  1. Lumière incertaine ou faible qui reste après le coucher de soleil jusqu’à ce que la nuit soit entièrement tombée.
    • Ainsi, d'aurore radieuse en crépuscule mélancolique, la petite Yasmina avait vu s'écouler encore un printemps, très semblable aux autres, qui se confondaient dans sa mémoire. (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Il était huit heures. En cette saison, le crépuscule jette alors ses dernières lueurs. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Dans ces régions le crépuscule n’existe pas ; dès que le soleil a disparu, la nuit est complète. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Au bout d'une heure nous atteignons la cime, du haut de laquelle on domine tout l'archipel féroésien; contemplée au crépuscule de minuit, cette vue est d'une incomparable magnificence. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 35)
    • …la discussion ne paraissant point épuisée, ils continuèrent, dans le crépuscule qui tombait, à marcher en devisant. (Louis Pergaud, La Disparition mystérieuse, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Mais, sur ta si petite planète, il te suffisait de tirer ta chaise de quelques pas. Et tu regardais le crépuscule chaque fois que tu le désirais… (Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, Reynal and Hitchcock, 1943)
  2. (Par analogie) Lumière qui précède le lever du soleil et qu’on appelle plus ordinairement aube ou aurore.
    • Les laudes se chanteront à la pointe du jour, et on les sonnera, s'il est possible, dès le crépuscule. (Lettre huitième d'Abélard à Héloïse, traduction de Octave Gréard, vers 1879)
    • Le jour venait. […]. Les pailles, dont les couches épaisses recouvraient entièrement le sol de la cour, se doraient peu à peu d'un jaune pâle sous la lueur grandissante du crépuscule. (Jules Case, La Fille à Blanchard, 1886)
  3. (Figuré) Ce qui décline, ce qui est près de disparaître.
    • …c'est ce que nous savons déjà : nous avons traversé cette longue nuit du Moyen-Âge, qui s'écoule entre deux crépuscules, entre les dernières lueurs de la civilisation ancienne et la première aube de la civilisation moderne. (Jean-Jacques Ampère, La Littérature française au moyen-âge, Revue des Deux Mondes, 1839, tome 19)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.023
Dictionnaire Français