crime
étymologie
De l’ancien français crimne, du latin crimen.

nom

SingulierPluriel
crimecrimes

crime \kʁim\ masculin

  1. Infraction très grave qui porte atteinte à autrui, à la morale ou à la loi.
    • L’abbaye, dit-on, doit son origine à une comtesse Cuniga, une sorte de Barbe-Bleue en jupons, qui avait empoisonné ses sept maris et terrifiait toute la contrée par ses crimes. (Maurice Grandjean, À travers les Alpes autrichiennes, page 147, A. Mame, 1893)
    • Tout s'est modernisé, et il y a de tout, sauf des gendarmes et des prisons, car le crime est encore inconnu. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • [...] toute cette justification est fondée sur cette maxime ancienne : « Celui-là fait le crime à qui le crime sert. » (Stendhal, Vie de Napoléon, 1818, ch. 31)
  2. (droit) Action que la loi punit d’une peine afflictive et infamante.
    • Individuellement ou en "petty sessions", les Magistrats procèdent à la recherche, dans leur voisinage, des contraventions, délits et crimes de toute espèce. (Anonyme, Angleterre. - Administration locale, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Mon père, je suis pour ainsi dire condamnée à mourir pour un crime que mon âme ne connaît pas, c’est-à-dire pour le crime de sorcellerie. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • La loi du 22 prairial se contente de définitions assez vagues du crime politique, de manière à ne laisser échapper aucun ennemi de la Révolution ; […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908, p.126)
    • Quant à moi, […], je souhaiterais que des châtiments vraiment effrayants frappassent ceux qui, médecins ou matrones, pour de l'argent, se font les instruments de tels crimes. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Cette union, que cimente jusqu'à la mort un crime entre complices […] Jim tout à coup s'apercevait qu'elle existait, qu'elle formait l'élément primordial de sa vie. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  3. (Par hyperbole) Faute légère ou action que l’on blâme.
    • C’est un crime d’avoir laissé perdre ces manuscrits, d’avoir abattu de si beaux arbres.
    • Imputer à crime.
    • (familier) Ce n’est pas un grand crime, se dit pour excuser ou diminuer quelque faute.''
    • ''On dit dans le même sens
    • Est-ce un si grand crime ?
    • Est-ce donc un crime ?
    • Tout son crime est de… se dit en parlant d’une personne à qui une faute légère, une action indifférente ou même louable attire le même traitement, les mêmes malheurs que si elle est commis une action condamnable.
    • Tout son crime est d’avoir cru à l’honnêteté de ses adversaires. On dit de même
    • Voilà tout son crime, tout mon crime.
  4. (soutenu) (collectivement) Les personnes criminelles dans leur ensemble.
    • Châtier le crime. - Désarmer le crime. - Le crime allait tête levée.

traductions
traductions
traductions
traductions
interjection

crime \kʁim\

  1. (Québec) Atténuation des divers sacres et jurons, plus spécialement crisse, manifestant une certaine émotion.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.022
Dictionnaire Français