croupière
étymologie
 Composé de croupe et de -ière.
(ca. 1150) cropiere, crupiere.

nom

SingulierPluriel
croupièrecroupières

croupière \kʁu.pjɛʁ\ féminin

  1. Morceau de cuir rembourré, que l’on passe sous la queue d’un cheval, d’un mulet, etc., et qui, tenant à la selle ou au bât, l’empêche d’avancer sur le garrot.
    • La rosse était haute, cagneuse, osseuse, sans poils à la crinière [...] ; la croupière lui déchirait la queue ; un séton suintait à son poitrail. (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 42, 2012)
    • Mettre une croupière à un cheval.
  2. (histoire) Pièce d’armure du cheval.
  3. (marine) (analogie) Amarre qui pend à l’arrière d’un grand bâtiment. (voir croupiat)
    • Mouiller en croupière.

traductions
  • italien : groppiera

nom

SingulierPluriel
Masculincroupiercroupiers
Féminincroupièrecroupières

croupière \kʁu.pjɛʁ\ féminin

  1. Femme qui tient le jeu, paie et ramasse l’argent, dans un casino, une maison de jeu.
    • Jo avait écouté le copain jusqu’au bout, avec un petit sourire en coin, amusé, se souvenant de Marlène la croupière du Nantais. (Clément Lépidis, Monsieur Jo : roman d’une vie, Le Pré aux clercs, Paris, 1986)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français