dédit
étymologie
Participe passé substantivé de dédire. En ancien français desdit.

nom

SingulierPluriel
déditdédits

dédit \de.di\ masculin

  1. Révocation d’une parole donnée.
    • Allez, mademoiselle, en fait de mariage, une fille a son dit et son dédit. (Brueys, Grondeur, II, 3.)
  2. Somme stipulée et due par celui qui ne remplit pas les termes d’une convention.
    • Mais songez au dédit, il faut surtout le mettre. (Hauteroche, Bourg. de qual. IV, 5.)
    • Un dédit est le plus souvent une somme à payer.
    • Stipuler un dédit; Convenir d’un dédit; 'Payer le dédit.''
    • Il y a dix mille francs de dédit.
    • Rose, par son traité, avait à payer un dédit de dix mille francs, si elle se retirait. (Émile Zola, Nana, 1881)
  3. (Par extension) Acte qui garantit cette stipulation, indemnité encourue par celui ou celle qui se dédira.
    • Le dédit fut déposé chez un notaire.
    • Le notaire qui avait rédigé le dédit en demeura dépositaire.
    • Les deux parties s’étant arrangées, on déclara le dédit.
    • Qu’avec un grand plaisir, dédit, je te déchire. (Charles Dufresny, Le Dédit, 1719, acte I, scène 11)
    • Le « faux dédit » est aussi très en vogue : dès publication d’une annonce immobilière d’un bien très surévalué, un acheteur se présente et signe sans discuter une promesse de vente, en versant, à titre de garantie, 10 % du prix sur un compte de notaire. Dix jours après, il se désiste et abandonne les 10 % au vendeur, en réalité un complice dont le gain en argent louche est ainsi recyclé. (Blanchiment d’argent : les agents immobiliers font-ils preuve de complaisance ?)
forme fléchie

dédit \de.di\

  1. Participe passé masculin singulier de dédire.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de dédire.
  3. Troisième personne du singulier du passé simple de dédire.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français