déesse
étymologie
(milieu du XIIe siècle) Dérivé savant du latin dea avec le suffixe -esse.

nom

SingulierPluriel
déessedéesses

déesse \de.ɛs\ féminin (pour un homme on dit : dieu)

  1. (religion) Divinité de sexe féminin.
    • Elle ne croyait pas à Aphrodite, mais elle aimait qu'on lui comparât la déesse, et elle allait quelquefois au temple, pour lui donner, comme à une amie, des boîtes de parfums et des voiles bleus. (Pierre Louÿs, Aphrodite, Mercure de France, Paris, 1896)
    • Mars, identifié avec le dieu grec Arès, l'a été aussi avec le dieu gaulois Toutatis; Minerve, confondue avec la déesse grecque Athéna, l'a été aussi aussi avec la déesse gauloise Belisama, etc. (Henri d'Arbois de Jubainville, Les druides et les dieux celtiques à forme d'animaux, Paris : chez H. Champion, 1906, p. 66)
  2. (exag) Femme qui est d’une beauté majestueuse.
    • Me voici à genoux devant vous, fascinante déesse, le torse nu et la tête inclinée, pareil au prisonnier que l’on veut humilier en le portant aux pieds de son vainqueur […]. (Marika Moreski, Ces dames en bottines, Éditions Dominique Leroy, 1971, p. 40)
    • Une grande nostalgie s’empare de lui quand il se remémore son corps de déesse aux fines attaches, sa peau ambrée qui sentait bon les parfums envoûtants de l’Orient et son art consommé pour faire l’amour. (Yannick Surun, Les caravanes de Zanzibar, L’Harmattan, 1999, page 180)
  3. (argot) Cocaïne.
    • Le problème c’est que dans ses une poche ils ont trouvé cinq grammes de déesse, de la meilleure, pure, blanche, pas encore coupée, et je te jure, mec, c’est pas moi qui l’y avait mise. (Luis Sepúlveda, Rolandbar, dans le recueil Rendez-vous d'amour dans un pays en guerre, 1997. - Traduit de l’espagnol (Chili) par François Gaudry, 1997, p.59)
  4. (Mélioratif) (automobile) La Citroën DS, par homophonie de l'acronyme.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français