déférence
étymologie
déverbal#fr|Déverbal de déférer#fr|déférer avec le suffixe -ence, issu du latin deferre composé du préfixe de- et de ferre (« porter »).

nom

SingulierPluriel
déférencedéférences

déférence \de.fe.ʁɑ̃s\ féminin

  1. Respect qui porte à se conformer à la volonté, aux désirs, aux sentiments de quelqu’un.
    • Franz et Hermann, les deux archers qui avaient tiré avant lui, lui avaient tendu la main, mais avec un sentiment de déférence qui indiquait que, non seulement ils le reconnaissaient pour leur camarade, mais encore pour leur maître. (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • […], je me croise avec le major Noltitz. Je me range par déférence. Il me salue avec cette grâce qui distingue les Russes de condition. Je lui rends son salut. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VI, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Le sécularisme, associé au régime d'une loi qui ne serait pas de provenance divine, s'atrophia et s'écroula. Une plus grande déférence vis-à-vis de l'éthos islamique fut exigée et accordée. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.155)
    • Bien sûr, les gens de justice qui ont l'habitude d'une déférence intégrale et d'une infantilité savamment entretenue dès qu'on leur adresse la parole dans une enceinte de tribunal, n'aiment guère cette liberté revendiquée haut et clair, en public, […]. (Michel Onfray, Politique du rebelle : Traité de résistance et d'insoumission, Grasset, 1997)
    • Ce n'était pas une déférence formelle : on avait plus d’estime les uns pour les autres. (Amélie Nothomb, Acide sulfurique, Albin Michel, Paris, 2005)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français