déférer
étymologie
(XIVe siècle) Du latin deferre.

verbe

déférer \de.fe.ʁe\ conjugaison

  1. (transitif) Décerner une des dignités, un des honneurs dont un état ou un corps dispose en faveur d’une personne.
    • Les romains ont déféré les honneurs divins à la plupart des empereurs. Le peuple romain déféra avant l’âge le consulat à Scipion et l’honneur du triomphe à Pompée.
    • Les cardinaux lui déférèrent le pontificat.
  2. (transitif) (juri) Traduire devant une autorité, un tribunal.
    • En résumé le livre de M. Baudelaire est une de ces publications malsaines, profondément immorales qui sont appelées à un succès de scandale. Proposition de le déférer au Parquet. (Rapport de la Direction Générale de la Sûreté publique du 7 juillet 1857, au Ministre de l’Intérieur)
  3. (intransitif) Accorder par respect quelque chose à quelqu’un.
    • Déférer au jugement, à l’avis de quelqu’un.
    • Or, tes parents sont des lâches. Ils défèrent au mensonge de la Patrie et permettent sans horreur que tu t’en ailles « sous les drapeaux ». (Laurent Tailhade, Discours pour la Paix, Lettre aux conscrits, L’Idée libre, 1928, p. 21-30)
    • D’ailleurs,je suis sûre que, dans votre for intérieur, vous partagez mon avis et que seule la crainte de paraître ridicule en ces temps d’immoralité, vous empêche de déférer au légitime désir de Monique. (Charles Exbrayat, Au « Trois cassoulets », Le Masque, Librairie des Champs-Élysées, 1971, page 14)
    • […] Édith avait prié sa cousine d’aller lui chercher un livre. Imprudence fatale ! Ilona déféra à ce désir innocent. (Stefan Zweig, trad. Alzir Hella (2002), La pitié dangereuse, Grasset, Paris, 1939) }{#if:{#if:| (OCLC {} ↗)}}, page 377}}

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français