déporter
étymologie
Du latin deportare voir dé-, porter.

verbe

déporter \de.pɔʁ.te\ transitif conjugaison (pronominal : se déporter)

  1. Punir de la peine de la déportation, exiler.
    • En réalité, au 1er siècle après Jésus on ne note encore sur le territoire gaulois, que la présence de quelques judéens de marque, déportés en Gaule par ordre de l’autorité romaine. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours - Avant-propos, 1937)
    • En 1944, les Tatars de Crimée furent déportés de leurs terres natales par Staline, […]. Après l'éclatement de l’Union soviétique, en 1991, 250 000 Tatars décidèrent de retourner sur leurs terres natales de Crimée. (Keith Lowe, L'Europe barbare, traduit de l'anglais par Johan Frederik Hel Guedj, éd. Perrin (Édi8), 2013)
  2. Écarter de sa route.
    • Le lendemain, au petit jour, je n’aperçois plus la terre et mes observations me montrent que j’ai été déporté à trente milles au Sud-Est. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • (Figuré)Le délire déporte le tortionnaire : implacable pouvoir, ineffable jouissance de donner la mort. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  3. (pronominal) Déplacer sa trajectoire.
    • Il se déporta pour éviter l’accident.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français