dais
étymologie
Du latin discus. C’est ce dernier sens qui donnera au XIIe siècle le mot dais (« table d’honneur »). Ces tables étant généralement surmontées d’une tenture, ce mot fut assimilé au toit ou plafond (dois au XIVe siècle, puis ders au XVIe siècle). De là est resté le sens de « tenture servant de toit ».

nom

dais \dɛ\ masculin singulier et pluriel identiques

  1. Ouvrage de bois, de tenture, etc., fait dans l’ancienne forme des ciels de lit et que l’on met en hauteur, au-dessus d’un maitre-autel, d’une chaire à prêcher, d’un trône, de la place où siègent, dans les occasions solennelles, certains personnages éminents, etc.
    • La bonne femme s'assit sur les degrés du dais, aux pieds du jeune homme attentif et fixant sur elle un regard plein de bienveillance et de curiosité. (Alexandre Dumas, Les Deux Diane, 1847, chap.1)
    • On inaugurait le nouveau maire […] Nous, passâmes sous un dais tricolore ; le maire était avec toute sa famille sur un balcon ; nous le longeâmes. (Alexandre Dumas, La Vendée après le 29 juillet, Revue des Deux Mondes t. 1, 1831)
    • Et là, le faisant asseoir sur une large stalle de chêne surmontée d’un dais de drap d’or, il prit place près de lui. (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
  2. (religion) Poêle soutenu de deux ou de quatre petits montants, sous lequel les prêtres catholiques portent le Saint-Sacrement, surtout dans les processions.
    • Marcher sous un dais.
  3. (Figuré) Chose qui couvre : toit, ciel, etc.
    • ''Amis reposons-nous sur ce siège sauvage,/>Sous ce dais qu’ont formé la mousse et le feuillage.'' {{source|

    • Les matinées de brouillard, un ciel d’une clarté faible, des nuées courant près de la terre sous un dais grisâtre convenaient aux phases de sa maladie morale. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Mais soudain, au bord occidental de l’immense dais noir, le soleil couchant reparaît un instant, sanglant, embrasant le camp entier d’une lueur surnaturelle. Les tentes semblent flamber, toutes rouges entre la plaine d’un vert invraisemblable et les nuages violacés […] (Frédéric Weisgerber, Trois Mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Ernest Leroux, Paris, 1904, page 154)
    • Mes grands-parents des Pyrénées mangeaient à la cuisine comme des laboureurs de Le Nain. Cuisine de paysans, cuisine de princes. Dans sa cheminée on aurait pu faire rôtir un bœuf. À son plafond, pendait un dais royal : les épis de maïs et le jambon. (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 71)
  4. (automobile) Toit démontable que l’on met sur les voitures découvertes.

traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.038
Dictionnaire Français