devise
étymologie
(XIIe siècle) Déverbal de fr.
Au sens financier, sans doute un emprunt à l’allemand Devise, attesté dans ce sens vers 1830, du fait qu’on imprimait des devises sur les formulaires de change, d'où leur dénomination. Mais l’ancien français devise a pu produire ce sens : De battre et forger de la monnoie au coing de leurs armes, avec divises faictes à plaisir. (CARL., VI, 9, cité par Littré)

nom

SingulierPluriel
devisedevises

devise \də.viz\ féminin

  1. Figure accompagnée d’une phrase exprimant d’une manière allégorique et brève quelque pensée, quelque sentiment.
    • La devise de Louis XIV était un soleil qui éclaire un monde, avec ces mots : Nec Pluribus Impar.
    • Choisir une devise.
  2. (Héraldique) Sentence qui accompagne les armoiries.
    • "Je charme tout" ! murmura Capestang. La fameuse devise de Marie Touchet, maîtresse de Charles IX, mère du duc d’Angoulême !... (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Il fit inscrire sa devise parmi celle des combattants, en cachant son visage et son nom, comme la loi l'ordonnait. (Voltaire, Zadig, XVII. Les combats, 1748)
  3. (Héraldique) Fasce réduite posée en chef.
    • Parti, au premier d'or au dauphin d'azur crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules ; au second de gueules aux deux chevrons d'argent surmontés d'une devise du même, qui est de Pusignan dans le Rhône. voir illustration « armoiries avec devise »
  4. (Par extension) Un ou plusieurs mots exprimant la manière de penser, de sentir, d’agir de quelqu’un.
    • Selon Blanc (2005), la devise de la plante serait : «Je pousse donc je suis.».(Francis Hallé, La croissance et la ramification des plantes dans Aux origines des plantes, tome 1, collectif sous sa direction, Fayard 2008, page 134)
    • Je suis un spécimen athée, paresseux, assisté, profiteur et pourri, qui aime se reproduire comme des lapins. Je fais partie du Tiers-Con. Ma devise : Se lever pour une canette. (Stanley Nagel, Tropique de Belgique, Société des Écrivains, 2013, page 7)
  5. (En particulier) Billets de banque de tel ou tel État.
    • Acheter des devises étrangères.
  6. (Économie) (Par extension) Monnaie d'un pays étranger ou non.
    • Une devise forte.
    • Une obligation peut être émise par un État dans sa propre devise - on parle alors d'emprunt d'État - ou une autre devise que la sienne - on parle alors d'obligation souveraine. (Wikipédia, Obligation (finance)'')
  7. (finance) Actif financier dont le cours a valeur monétaire.
    • Une devise en or numérique est une monnaie privée utilisée dans des transactions électroniques, gagée sur une quantité équivalente en or conservée dans un endroit sûr. (Wikipédia, Devise en or numérique)
  8. (France, Poitou) Ligne de démarcation entre propriétés.
synonymes
traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
forme fléchie

devise \də.viz\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de deviser.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de deviser.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de deviser.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de deviser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de deviser.

Devise
nom propre

Devise

  1. (Géographie) Commune française, située dans le département de la Somme.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français