digue
étymologie
(XIIIe siècle) Du Moyen néerlandais qui donne le néerlandais dijk, dicque en moyen français, apparenté à Deich, Teich en allemand, ditch, dike en anglais, figo (« ficher, fixer, figer ») en latin : « ce qui sert à fixer les berges ».

nom

SingulierPluriel
diguedigues

digue \diɡ\ féminin

  1. Levée de terre, de pierres, de bois, etc. pour contenir des eaux d’un fleuve, d’un torrent, d’un lac, et contrer les flots de la mer.
    • II faut donc taluter l’écore dans le premier cas & combiner l'éloignement de la digue avec la puissance à laquelle elle peut avoir à résister ; car les digues n'ont pas toujours la hauteur & la consistance nécessaires. (Médéric Louis Élie Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint-Domingue, Philadelphie, Paris, Hambourg, 1797-1798, p.145)
    • On évalue aux trois quarts de l'île les fonds dont le niveau n'est pas plus élevé, et qui, par conséquent, pourraient être submergés par une très-forte marée, favorisée par des vents impétueux ; mais cette coïncidence est fort rare dans sa plus grande intensité, et des digues connues sous le nom de lévadons suffisent presque toujours pour en arrêter les ravages. (M. de Rivière, « Mémoire sur la Camargue », dans les Annales de l'agriculture française, 2e série, tome 34, Paris : chez Madame Huzard, avril 1826, p. 71)
    • Des phares éloignent les navires des dangers ou les conduisent dans les ports abrités par des digues construites en luttant contre les tempêtes. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  2. Portions de terrains qui jouent le rôle de digues.
    • Où la mer rompant ses digues sépara la terre. (François de Salignac de La Mothe- '=oui, Les Aventures de Télémaque (Fénelon), VIII, 1699)
  3. (Figuré) Obstacle qu’on oppose à ce qu’on juge excessif, nuisible, dangereux.
    • Les passions rompirent les digues de la justice. (Esprit Fléchier, le Tellier.)
  4. (argot) Femme, prostituée.
    • C’est mon dogue, ma dague et ma digue, locution de l’argot du Temple qui signifie, mon chien, mon couteau et ma femme, fort usité parmi les pitres et les queues rouges du grand siècle où Molière écrivait et où Callot dessinait. (Victor Hugo, Les Misérables, 1862)

traductions
forme fléchie

digue \diɡ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de diguer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de diguer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de diguer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de diguer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de diguer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.010
Dictionnaire Français