divaguer
étymologie
Du latin divagor voir di-, vaguer.

verbe

divaguer \di.va.ɡe\ intransitif conjugaison

  1. Errer.
    • Un veau échappé divague sur la route, l’œil rond, effaré, sa vignette jaune agrafée à l’oreille. (Pierre Bergounioux, Carnet de notes 2011-2015, Verdier, 2016, p. 64)
    • Je n’étais qu’une âme errante qui divaguait ça et là dans la campagne pour user les jours. (Alphonse de Lamartine, Graziella, 1852, chap. 4)
  2. Avoir un tracé sinueux.
    • La route grimpe et divague à travers des terrains hérissés de quartiers de roches anguleuses. (Félix Morgon, En nos pays : variations & fugues sur la nature, 1887, p. 79)
  3. S’écarter de la question, du sujet sur lequel on parle ou on écrit, laisser libre cours à son imagination.
    • M. le Chevalier, restez, s’il vous plaît, dans la question, et ne divaguez pas. (Natalis Rosset, Le Banquet de Versailles, 1827, p. 19)
  4. Dire des absurdités, dérailler, déraisonner.
    • J’aime ton amour, Célio ! il divague dans ta cervelle comme un flacon syracusain. (Alfred de Musset, Les Caprices de Marianne, 1833, acte I, scène 4)
    • Comment se manifestait cette folie ? Est-ce qu’il divaguait ? est-ce qu’il parlait tout seul ? (Henri Rochefort, Le Palefrenier, 1883, p. 115)
    • Protiste en m'entendant divaguer de la sorte, il s’est fait la réflexion que je venais sûrement de retomber malade. (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
    • Il craignait que je ne busse un coup de trop, que je me misse à divaguer, que je disse alors des sottises, et que nous le menaçassions de ne plus parler qu'à l’imparfait du subjonctif. (Georges Van Houdt, Franc-math: essai pédagogique sur les structures grammaticales du français moderne, vol. 3 : La proposition, Éditions Didier, 1973, p. 96)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français