dormant
étymologie
Du participe présent de dormir.

adjectif

SingulierPluriel
Masculindormantdormants
Féminindormantedormantes

dormant \dɔʁ.mɑ̃\

  1. Qui dort.
  2. (Figuré) Se dit des choses qui sont de nature à se mouvoir, à être mues, et qui cependant restent arrêtées ou fixées en quelque endroit.
    • Eau dormante, eau qui ne coule pas, comme celle des fossés, des marais, des étangs ;
    • Fenêtre dormante, châssis dormant, Fenêtre, châssis qui ne s’ouvre pas, fixe.
    • Pont dormant, pont qui ne se lève pas.
    • Pêne dormant, pêne qui ne peut s’ouvrir ni se fermer qu’avec la clef.
    • Il lui révélait les joies délicates et les tristesses délicieuses de la pensée, il éveillait les voluptés qu’elle portait dormantes en elle. (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 159)
  3. (Héraldique) (rare) Se dit d’un animal représenté dans une posture assoupie. À rapprocher de couché, embarroqué, en forme, en repos et gisant.

nom

SingulierPluriel
dormantdormants

dormant \dɔʁ.mɑ̃\ masculin

  1. (menu) Châssis fixe et immobile auquel tient et dans lequel vient s’emboîter une porte ou le châssis mobile d’une croisée.
    • Un dormant de croisée.
    • Poser, sceller un dormant.
    • […] le dormant de la porte est plus étroit qu’il ne faudrait, pour qu’on ne s’y heurte pas aux entournures […] (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 478)
  2. (navigation) (matelotage) Extrémité d’une corde qui n’entre pas dans la réalisation d’un nœud. Le terme vient du fait qu’elle est supposée fixe.
antonymes
Extrémité d’une corde qui n’entre pas dans la réalisation d’un nœud

traductions
  • allemand : feste Part, stehende Part

forme fléchie

dormant \dɔʁ.mɑ̃\

  1. Participe présent de dormir.
    • Croyez-vous que quelqu’un d’autre aurait pu non seulement faire cela, avec ma femme et moi dormant, toutes fenêtres ouvertes, à vingt mètres de là, mais encore remettre tout en ordre et recimenter les dalles? (John Dickson Carr, La Chambre ardente, traduction de Maurice-Bernard Endrèbe, 1962, chapitre VI)
    • Sur un lit bas, le drap rabattu en arrière, vêtue d’un pyjama d’une seule pièce à fermeture éclair, Lenina était étendue, dormant d’un sommeil profond, et si belle au milieu des ses boucles, si enfantinement touchante avec ses orteils roses et son visage grave et endormi, si confiante dans l’abandon de ses mains molles et de ses membres détendus, qu’il lui en vint les larmes aux yeux. (Aldous Huxley, Le Meilleur des mondes, 1932, traduit de l’anglais britannique par Jules Castier, 1932, Plon, édition de 2014, pages 184-185.)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français