doudoune
étymologie
{{date Référence nécessaire Le journal d'Héroard rapporte qu'en 1603-1604 le futur Louis XIII nommait sa nourrice "Maman doundoune". Référence nécessaire

nom

SingulierPluriel
doudounedoudounes

doudoune \du.dun\ féminin

  1. (familier) (plais) Sein. — Note d’usage : Dans cet emploi, s’utilise principalement au pluriel.
    • Elle s'approcha de lui et, de son peignoir entrouvert, laissa ses doudounes caresser son visage, sa bouche, son nez. Mouss les mordillait doucement comme une tétine pleine de miel. (Mustapha Raïth, Palpitations intra-muros, L'Harmattan, 1986, p. 71)
    • Oui, mes doudounes ! Bien qu'elles soient moins belles qu'autrefois, elles sont encore un morceau de roi. Leur seule vue suffit à mettre en émoi tous ces messieurs du Jockey Club. (Jacques Benoist-Méchin, A l'épreuve du temps: Souvenirs, Perrin, 2011, chap.16)
    • Jo — Oh, c'est aux doudounes qu'elle est sensible.
      Marcel — Aux doudounes ? Mais qu’est-ce que c’est que ça les doudounes ?
      Jo — Les gaillards, les roberts, les nénés quoi. Il faut tout lui expliquer à ce mec-là, il entrave rien.
      (Michaël Abécassis, Fric-Frac et Circonstances atténuantes, Éditions Publibook, 2003, p.50)
  2. (familier) (Habillement) Parka ou anorak épais.
    • Un autre lieu de la ville qui est également assez féminin, c'est le marché de nuit des manteaux et doudounes. On trouve des quantités astronomiques de marchandises diverses et variées pour se couvrir l'hiver, […]. (Sophie Rebibo-Halimi, Chroniques et Anecdotes de Chine, Lulu.com, 2015, p.144)
    • Moi, ce jour-là, je portais une doudoune noire en coton ouaté, comme celle des détenus dans les camps ou des soldats dans un bataillon de construction, la troupe la moins prestigieuse de l'armée. (Serge Kandrashov, Mes vacances de Printemps, Kandrashov Éditions, 2012)
    • Il y a quelque chose de profondément jouissif dans le fait d'imaginer les millions de gens en doudoune qui se caillent les miches en France à l'heure où je barbote dans cette eau à trente degrés. (Gabriel Katz, N'oublie pas mon petit soulier, éd. Le Masque, 2015)
  3. (familier) (Habillement) Veste fourrée de duvet d'oie de façon matelassée.
  4. (familier) Chiffon, couverture, peluche dont un jeune enfant ne se sépare pas, qu’il suce, qui lui sert de protection ou de substitut affectif. Référence nécessaire



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.033
Dictionnaire Français