durer
étymologie
(XIe siècle) Du latin duro.

verbe

durer \dy.ʁe\ intransitif conjugaison

  1. Continuer d’être, se prolonger.
    • Les charrettes et les chars étaient là dès potron-minet, voire dès la veille, car le marché était clappé dès prime ; il durait jusqu’à midi. (Alain Derville, Saint-Omer : des origines au début du XIVe siècle, page 189, Presses Univ. Septentrion, 1995)
    • Toutes les choses de ce monde durent peu.
    • L’hiver dure encore.
  2. Persister, rester, durer longtemps.
    • Cela ne durera pas.
    • Cette fantaisie vous dure-t-elle encore ?
    • Le temps lui dure, se dit d’une personne à qui l’impatience, l’ennui, ou quelque autre cause fait paraître le temps long.
    • (Figuré) Il faut faire vie qui dure, faire feu qui dure, il faut ménager son bien, ne pas faire trop de dépense.
    • (familier) Ne pouvoir durer en place, être si inquiet, si tourmenté qu’on ne peut demeurer dans le même lieu, dans la même situation.
  3. Résister au temps, à l’usure.
    • Cela ne durera pas.
    • Ne pouvoir durer à la peine, à la fatigue, à la douleur, ne pouvoir y résister.
  4. (familier) Supporter, endurer.
    • Ne pouvoir durer avec quelqu’un, Ne pouvoir vivre avec lui, ne pouvoir le supporter.
    • On ne peut durer avec cet homme-là, tant il est fâcheux et difficile.
    • Je dure avec Glenn Gould, mais… bon, maintenant il est mort, donc, je n’attaque pas un collègue… (« Scott Ross 5, portrait of this harpsichordist » ↗ ([//web.archive.org/web/*/http://www.youtube.com/watch?v=DReB68fvfJ8 Archive] • [//archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.youtube.com/watch?v=DReB68fvfJ8 Wikiwix] • Que faire ?), YouTube)
  5. Paraître long et ennuyeux.
    • Elle disait : « Les médecins veulent me garder encore un mois. » — « Le temps me dure, » disait Maurice. — « Que veux-tu, il faut que je me guérisse. » Il répondait : « Oh ! je sais, tu veux toujours faire à ta tête. » (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 129)
    • Mais, quand Odette était partie, Swann souriait en pensant qu’elle lui avait dit combien le temps lui durerait jusqu’à ce qu’il lui permît de revenir. (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 17)
    • – Nous la voilà pour trois semaines, oui, et ce n’est pas assez, vois-tu. Trois semaines vont vite quand on a sa fille, et le temps nous dure après. (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 160)
  6. (Afrique) Être là depuis longtemps.

traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
  • russe : длиться продолжаться



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français