empêtrer
étymologie
Du latin vulgaire impastoriareentraver »), dérivé de [chorda] pastoria (« corde de pasteur, de berger »). Il existait, en ancien français pasture, empasture, empasturonentrave » voir paturon, « partie de la jambe où mettre l’entrave ») et le verbe empasturer, empaistrer (« entraver »).

verbe

empêtrer \ɑ̃.pe.tʁe\ ou \ɑ̃.pɛ.tʁe\ transitif ou pronominal conjugaison (pronominal : s’empêtrer)

  1. Engager dans des entraves, dans ce qui gêne. — Note: Il se dit proprement en parlant des pieds, des jambes.
    • Avoir l’air tout empêtré, avoir le maintien embarrassé.
    • Sélifane tira les guides à lui ; l’autre l’imita ; les chevaux reculèrent un peu, pour aussitôt se rapprocher de plus belle, en s’empêtrant dans les traits. (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842 ; traduction de Henri Mongault, 1949)
    • Les bêtes si méfiantes qui s’abattaient à la croûle sur les fagnes pour en extraire les vers, ne prenaient point garde aux filets tendus à plat sur le sol ; elles s’y empêtraient et tous leurs efforts étaient vains. Elles ne pouvaient s’en dépêtrer ou arracher le bâtonnet qui les fixe. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • (Par extension)Nous sautons et ressautons un ruisseau qui s’empêtre dans nos jambes comme une bande molletière défaite. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français