encoignure
étymologie
(1504) De l’ancien français encongneure, il est construit à partir de encoigner avec le suffixe -ure.

nom


encoignure \ɑ̃.kwa.ɲyʁ\ ou \ɑ̃.ko.ɲyʁ\ féminin

  1. Endroitaboutissent deux murailles qui font un coin.
    • Le cercle de lumière projeté par la lanterne l’éclairait faiblement, et il ressemblait, dans cette zone de clair-obscur, à ces sombres statues de chevaliers, toujours debout à l’encoignure de quelque tombe noire sous les chapelles gothiques. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Ce sont là de ces bonheurs d’employé, de ces joies de prison que connaissent seulement ces pauvres êtres rapetissés dont toute la vie tient dans une encoignure. (Alphonse Daudet, Un teneur de livres , dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 156.)
    • « Comme il est tard ! » se dit le brave homme, et il se dépêche ; mais le pavé glisse, les rues sont noires, et puis dans ce diable de vieux quartier, qui date du temps où les voitures étaient rares, il y a un tas de tournants, d’encoignures, de bornes devant les portes à l’usage des cavaliers. (Alphonse Daudet, Conte de Noël. — Un réveillon dans le Marais, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 190.)
    • Tous les jours, après avoir acheté sa feuille d’un sou à l’encoignure du faubourg Saint-Honoré, il allait chercher ses deux petits pains, puis il entrait au ministère à la façon d’un coupable qui se constitue prisonnier. (, En famille, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 127.)
    • Les bâtiments et le sol de la cour, recouverts et dallés de céramique, s’unissaient au pied des murs par des encoignures arrondies… (Pierre Louÿs, Les Aventures du roi Pausole, 1901)
    • Les truands se dissimulaient dans toutes les encoignures des maisons, et gare au bon bourgeois cousu d’or, qui rentrait trop tard chez lui. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 43)
    • […], je lis avec effarement, à plusieurs encoignures, des affiches enluminées […]. « Engagez-vous dans l'armée coloniale ! » s’écrie l’autre, toute enluminée de perroquets, toute rehaussée de nudités affriolantes. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • À l’encoignure du quai d’Anjou se tenait encore le magasin de nouveautés à l’enseigne « Au Petit Matelot », tel que l’avait connu César Birotteau quand il vint y acheter six chemises de toile pour s’attirer les bonnes grâces de Mlle Constance. (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 268.)
    • Là un maître d’hôtel nous installa à une table située en encoignure, près d’un escalier menant à la piste de danse. (Anne Garréta, Sphinx, page 35, 1986, Grasset, éd. 2002)
  2. (Par extension) Petit meuble en forme d’armoire ou d’étagère propre à être placé dans les coins des appartements.
    • Une encoignure de bois de cerisier.
synonymes
Endroit où aboutissent deux murs



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français