encorner
étymologie
De corne, avec le préfixe en-.

verbe

encorner \ɑ̃.kɔʁ.ne\ transitif conjugaison

  1. Frapper avec ses cornes.
    • Il roula les yeux, s’ébroua, se baissa encore, banda ses muscles, se dressa d’un bond, s'élança, encorna une jeune fille et disparut avec elle, la projetant dans les airs, à l’intérieur du labyrinthe. (Friedrich Dürrenmatt, La Ballade du Minotaure, dans La mort de la Pythie : suivi de Minotaure, L’Âge d’Homme, 1999, page 78.)
    • Il aurait fallu cautériser, à défaut de recoudre, comme son oncle le faisait pour le petit bétail qui se blessait aux clôtures ou qui s’encornait pour régler un différend de pâture. (Claire-Lise Marguier, Le Sceau de la reine, Rouergue, 2014, page 227.)
  2. (Figuré) Tromper un mari : lui faire porter des cornes, en faire un cornard.
    • La Louison dedans Paris
      A plus encorné de maris
      Que Sedan n’a fait d’arquebuses.
      (Le Cabinet satyrique, 1618)
    • Il n’en veut pour preuve que son cas personnel : marié à une rempailleuse de chaises d’apparence très honnête, il fut encorné dans le mois qui suivit son union, et ce par un garde champêtre, ce qui constitue à ses yeux (et aux miens) une circonstance aggravante. (Frédéric Dard (San-Antonio), Tout le plaisir est pour moi, Fleuve Noir, 1959, page 73)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.045
Dictionnaire Français