ennuager
étymologie
 Composé de en- et de nuager.

verbe

ennuager \ɑ̃.nɥa.ʒe\ transitif ou pronominal conjugaison (pronominal : s’ennuager)

  1. Couvrir de nuages.
    • Les glycines à demi défleuries balançaient mélancoliquement leurs grappes d’un mauve pâli ; une pluie matinale avait détrempé les pelouses et ennuagé le ciel. (André Theuriet, Contes de la marjolaine, E. Fasquelle, 1902, p. 104)
    • Au fond, de vagues coteaux boisés que surmonte un ciel délicat, ennuagé de très légères brumes d’un gris violet. (Frédéric Paulhan, L’Esthétique du paysage, F. Alcan, 1913, p. 140)
    • Mais quand, au bout d’une heure, on approcha de la lisière, le ciel s’ennuagea sérieusement, et dès qu'on chemina sous les sapins, de larges gouttes commencèrent à rouler entre les branches. (André Theuriet, Le Manuscrit du chanoine, A. Lemerre, 1902, p. 68)
  2. (Figuré) Couvrir comme d’un nuage.
    • Au centre de la voûte, à l’extrémité d’une longue tige d’or, tombait une puissante lampe, un astre, dont un globe azuré ennuageait les électriques rayons. (Auguste de Villiers de L'Isle-Adam, L’Ève future, 1886, Eugène Fasquelle, 1909, livre 3, chap. 2, p. 153)
    • Elle fume ; et la fumée de sa cigarette ennuage de bleu ses maigres exquises épaules. (Adolphe Retté, Trois Dialogues nocturnes, L. Vanier, 1895, p. 3)
    • Tant de joies n’allèrent pas sans des heures ennuagées d’un voile de tristesse et d’inquiétude. (Frédéric Loliée, La Vie d’une impératrice, Eugénie de Montijo, F. Juven, 1907, p. 135)
    • Elle avait reçu une grande malle emplie de chiffons exquis, de robes couleur du temps, ennuagées de dentelles arachnéennes et plus somptueuses que celles de la fée Titania. (Jane de la Vaudère, Sapho, dompteuse, A. Méricant, 1908, p. 145)
    • Debout devant lui, François l’écoutait avec des « non ? » de stupéfaction et s’ennuageait d’opoponax en manœuvrant un vaporisateur qui lui crachait au visage comme un chat en colère. (Gustave Guiches, Le Tremplin, La Renaissance du livre, 1919, p. 119)
    • Certains arbres s’ennuageaient de fleurs ; d’autres ployaient sous les fruits. (Marguerite Bourcet, Le Duc et la Duchesse d’Alençon, Librairie académique Perrin, Paris, 1939, chap. 3, p. 126)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français