enter
étymologie
Du bas latin imputare (« greffer ») différent du latin classique imputare et dérivé de inpotus, inputōs (« greffe, ente ») attesté dans la Loi Salique formé à partir du grec ἔμφυτος — le φ grec étant rendu par \p\ et non par \f\ ; de là l’ancien occitan empeut (« greffe »).
Voir emphytéose, emphytéote, emphytéotique pour des mots partageant le même radical.
Le mot grec s’est probablement transmis avec la pratique de la greffe par l’intermédiaire des colonies grecques de Provence ; le verbe est apparenté au provençal enpeutar, au catalan empeltar.

verbe

enter \ɑ̃.te\ transitif conjugaison

  1. (agriculture) Greffer en insérant un scion.
    • Enter un poirier, un pommier.
    • Enter en écusson, en fente, en œil dormant, en bouton, en poupée.
  2. (Figuré) Lier, attacher, joindre.
    • Cette maison, cette famille est entée sur telle autre : Elle y est entrée, et elle en a pris le nom et les armes.
    • Une langue extensible, longue et gluante, pendait hors de sa gueule entée, et pêchait les fourmis qui forment sa principale nourriture. (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846) (pp. 302-311).
    1. Se dit d’une personne qui joint ensemble diverses qualités.
      • C’est un diplomate enté sur un financier.
      • Un Gascon enté sur un Normand.
    2. Se dit pareillement de qualités morales, bonnes ou mauvaises, qui viennent se joindre à d’autres.
      • Il a beaucoup de vices entés sur de bonnes qualités.

traductions
Enter
nom propre

Enter

  1. (Géographie) Ville des Pays-Bas située dans la commune de Wierden.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.081
Dictionnaire Français