estomaquer
étymologie
Du latin stomachari.

verbe

estomaquer \ɛs.tɔ.ma.ke\ transitif conjugaison (pronominal : s’estomaquer)

  1. (familier) Étonner fortement, stupéfier, abasourdir.
    • Et puis, de temps en temps, la jeune fille, sans le vouloir, estomaquait son promis par des détails d’une déconcertante technicité. (Alphonse Allais, Idylle moderne dans Pas de bile !, Flammarion, 1893, p. 44)
    • Ces nouvelles estomaquèrent quelque peu les gens de la justice qui attendaient autre chose ; mais pourtant ça n’empêcha pas le procureur de demander ma tête avec âpreté. (Eugène Le Roy, Jacquou le Croquant, Calmann Lévy, 1900, p. 362)
    • M. Bouldu, absolument estomaqué de ce qu’il venait de voir, alla raconter le fait au docteur Rabican. (Gustave Le Rouge et Gustave Guitton, La Princesse des airs, 1902, 4e partie, chap. 2)
  2. (pronominal) (familier) S’étonner fortement.
    • Le monde s’offusquait de la livrée trop voyante de leur maison, s’estomaquait de leurs travestissements d’arc-en-ciel, s’effarait de leurs demeures trop splendides. (Edmond Deschaumes, La Kreutzer, E. Fasquelle, 1899, p. 170-171)
    • En effet, lorsque le triomphe du Cid survint, Scudéry, Claveret et Mairet lui-même, s’en estomaquèrent, si j’ose dire. (Jean Moréas, Variations sur la vie et les livres, Mercure de France, 1910, p. 43)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français