eucharistie
étymologie
Du latin eucharistia, lui-même du grec ancien εὐχαριστία.

nom

SingulierPluriel
eucharistieeucharisties

eucharistie \ø.ka.ʁis.ti\ féminin

  1. (Théologie) Saint sacrement du corps et du sang de Jésus-Christ, contenus sous les espèces du pain et du vin, pour l’Église catholique.
    • Brenz, au contraire, avait développé jusqu’à son maximum la doctrine de l’ubiquité, dont le but était d’expliquer la présence du corps du Christ dans le pain de la Cène — ce qu’on nomme la consubstantiation — d’une manière qui tend à rapprocher la cène luthérienne de l’eucharistie catholique, laquelle se définit par la transsubstantiation. (Alain Dufour, Théodore de Bèze: poète et théologien, 2006, page 111)
    • Les communautés les plus reculées ne reçoivent donc parfois la visite d’un prêtre que deux à trois fois par an, voire moins encore. C’est peu quand on considère que l’Eglise catholique réserve aux hommes ordonnés certains des actes essentiels de sa vie de foi, comme l’eucharistie et l’absolution des péchés. (Un synode d’évêques catholiques propose de permettre l’ordination d’hommes mariés)
synonymes
traductions
Eucharistie
étymologie
(XIIIe siècle) Du latin chrétien eucharistia (« action de grâces »), lui-même du grec ancien εὐχαριστία.

nom

SingulierPluriel
eucharistieeucharisties

Eucharistie \ø.ka.ʁis.ti\ féminin

  1. (Théologie) Variante orthographique de eucharistie.
    • Les philippistes déterminèrent le prince électeur Auguste à donner la sanction légale à un recueil des écrits de Mélanchthon, et, comme il régnait en qualité de tuteur sur Weimar-Iéna, à chasser du pays les zélateurs luthériens Wigand et Hesshus (1573). Enhardis par cette mesure, les philippistes traitèrent de papiste la doctrine des luthériens touchant l’Eucharistie. (Johann Adam Möhler, Histoire de l’Église, publiée par le R. P. Gams de l'Ordre de Bénédictins, traduit de l'allemand par l'abbé P. Bélet, Paris : chez Gaume frères & J. Duprey, 1869, vol. 3, p. 170)
    • J’attendais un miracle, un fabuleuse révélation au moment où l’Eucharistie fondrait dans ma bouche. J’appréhendais aussi de l’avaler, la sachant trop large pour mon gosier, et ignorant qu’elle fût susceptible de s’amollir, tel un cachet. (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 83.)
    • C’est en fonction de cette logique et de cette ontologie que les Pères de l’Église, […] élaborèrent les notions de nature, d’hypostase, de personne qui figurent dans les définitions conciliaires des dogmes de l’Incarnation, de la Trinité et de l’Eucharistie. […] ; le dogme eucharistique implique la transsubstantiation des espèces consacrées sous la permanence des accidents sensibles du pain et du vin. (Louis Rougier, Histoire d'une faillite philosophique: la Scolastique, 1966)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français