fée
étymologie
(Nom) De l’ancien français fae, faie, feyee, du latin Fata, de fatum.
(Adjectif) Selon Alfred Maury, la forme de l’adjectif existe, issue de l’adjectif ancien français faé, de l’adjectif bas latin fatatus, du latin fatum.

nom

SingulierPluriel
féefées

fée \fe\ féminin (pour un homme on dit : féetaud)

  1. (Mythologie) Être imaginaire à qui la tradition populaire ou l’imagination des conteurs attribue une puissance surnaturelle.
    • Pourquoi restaurer les histoires vermoulues et poudreuses du moyen-âge, lorsque la chevalerie s’en est allée pour toujours, accompagnée des concerts de ses ménestrels, des enchantements de ses fées et de la gloire de ses preux ? (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • De ce capharnaüm d’armures, de hennins et de gorges d’une blancheur lunaire dans lequel mon imagination se plaisait est sorti le concept de la fée, ou de la femme telle qu’à la fois je la souhaitais et redoutais, enchanteresse capable de toutes les douceurs mais recélant aussi tous les dangers, comme la courtisane (mot qui débute avec « courtine » pour finir avec « pertuisane », ce qui — à l’époque encore récente où j’attachais une valeur d’oracle à ce genre de jeux de mots — m’aurait paru un argument inébranlable à l’appui de ce que j’avance). (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, pages 137-138)
    • Et l'historien que je suis n'est pas sans savoir que nos ancêtres croyaient en l'existence des fées. À Carignan, on parle encore aujourd'hui de « la Bonne Dame », qui protège la ville des malheurs, et qui par bien des aspects ressemble à une fée. (Roger Maudhuy, Les Fées dans les contes populaires, CPE Éditions, 2014, préface)
  2. (Figuré) (familier) (Mélioratif) Femme qui charme par ses grâces, par son esprit ou par ses talents.
    • Puis ce fut le Salon de l’Aéronautique. La recordwoman du monde est, bien entendu, la fée du stand Caudron-Renault. (Jacques Mortane, Hélène Boucher, aviatrice, Plon, Paris, 1936, page 88)
    • La mariée arrive avec le retard de circonstance, affublée d’une extraordinaire robe bouffante et emperlousée qui aurait fait rougir de honte même la fée la plus frivole. (Mark Mills, En attendant Doggo, traduit de l'anglais par Florence Hertz, éd. Belfond, 2016)

traductions
adjectif

SingulierPluriel
féefées

fée \fe\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est doté d’un pouvoir magique ou surnaturel.
    • Ayant remarqué que la clef du cabinet était tachée de sang, elle l’essuya deux ou trois fois, mais le sang ne s’en allait point ; elle eut beau la laver et même la frotter avec du sablon et avec du grais, il y demeura toujours du sang, car la clef était fée. (Charles Perrault, La Barbe Bleue, 1697)
    • Le petit Poucet s’étant approché de l’Ogre, lui tira doucement ses bottes, et les mit aussitôt. Les bottes étaient fort grandes et fort larges ; mais comme elles étaient fées, elles avaient le don de s’agrandir et de s’apetisser selon la jambe de celui qui les chaussait, de sorte qu’elles se trouvèrent aussi justes à ses pieds et à ses jambes que si elles avaient été faites pour lui. (Charles Perrault, Le Petit Poucet, 1697)
forme fléchie

fée \fe\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de féer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de féer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de féer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de féer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de féer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français