faire l'amour
étymologie
 Composé de faire, l’ et amour.

locution verbale

faire l’amour \fɛʁ l‿a.muʁ\ (se conjugue → voir la conjugaison de faire)

  1. Accomplir l’acte sexuel.
    • Boire sans soif et faire l’amour en tout temps, madame, il n’y a que ça qui nous distingue des autres bêtes. (Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, 1784, acte II, scène 21)
    • Il n’a pas oublié qu’il a dansé le boléro sous les rochers de la sierre de Grenade avec une brune aux boucles d’oreilles d’argent, aux castagnettes d’ivoire ; et il aimerait mieux faire l’amour dans le camp des bohémiens que prier Dieu dans le couvent. (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit (1842), Mercure de France, 1920, livre V, chap. 1, p. 150)
    • ''Il est des mots qu’on peut penser/>Mais à pas dire en société/>Moi je me fous de la société/>Et de sa prétendue moralité/>J’aimerais simplement/>Faire l’amour avec toi. (Michel Polnareff, L’amour avec toi'', 1966)

    • ''Je vous ferais l’amour/>Madame qui passez/>Madame si tu voulais/>On irait à l’hôtel/>J’en connais un là-bas/>Dans le quartier des chiens/>Où l’on n’fait que passer (bis)/>Faites l’amour ! (Léo Ferré, Faites l’amour !, dans La Solitude'', 1971)

    • Il n’est pas de joie aussi saine, aussi complète, aussi réconfortante, aussi naturelle, aussi propre, aussi exaltante, aussi apaisante, aussi nourrissante, que celle qu’éprouvent un homme et une femme jeunes, normaux, équilibrés, bien assortis et amoureux, à faire ensemble l’amour.(René Barjavel, Journal d'un homme simple, Denoël, 1982, p. 76-77)
    • Pourquoi utilise-t-on communément l'expression « faire l'amour » pour parler d'un accouplement dans lequel il n'y aurait apparemment aucun amour? Parce que l'être humain sait par intuition que l'énergie sexuelle a la même finesse que l'amour. La sexualité est un élan, une rencontre, un accueil, un don à l'autre, même si ce niveau de qualité n'est pas toujours atteint, loin de là. (Arnaud Desjardins, L'audace de vivre, Éditions de la Table Ronde, Paris, 1989, pp. 96-97)
  2. (Désuet) Courtiser.
    • Ces héros, durant leur voyage, reçurent beaucoup de faveurs de Junon et de Pallas, et prirent terre à Lemnos, dont étoit reine Hypsipile, et où ils tardèrent deux ans, pendant lesquels Jason fit l’amour à cette reine, et lui donna parole de l’épouser à son retour ; ce qui ne l’empêcha pas de s’attacher auprès de Médée, et de lui faire les mêmes protestations sitôt qu’il fut arrivé à Colchos, et qu’il eut vu le besoin qu’il en avoit. (Pierre Corneille, Argument de la Conquête de la Toison d'or dans Œuvres, F. Didot frères, t. 8, 1855, p. 5)
    • On entend les écureuils, pendant les belles nuits d'été, crier en courant sur les arbres les uns après les autres ; ils semblent craindre l'ardeur du soleil; ils demeurent pendant le jour à l'abri dans leur domicile, dont ils sortent le soir pour s'exercer, jouer, faire l'amour et manger […]. (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des animaux, « L’Écureuil », in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 797.)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.024
Dictionnaire Français