farce
étymologie
(nom 1) (XIIIe siècle) Du latin farsus, participe passé féminin substantivé de farcire qui donne farcir, farci ; ce participe passé faisait fars au masculin en ancien français.
(nom 2) Sens particulier de farce, « parce que c'était, ou, comme la farce de la cuisine, quelque chose de mélangé et d'agréable, c'est-à-dire une espèce de revue de sujets divers, ou une pièce farcie. »

nom

SingulierPluriel
farcefarces

farce \faʁs\ féminin

  1. (cuisine) Hachis d’ingrédients épicés que l’on introduit dans le ventre vidé de ses entrailles de l’animal destiné à être cuit entier, ou dans un organe creux d’un animal, dans les pâtés, etc.
    • Bourrer une dinde de farce et de marrons.
    • En effet, beaucoup d'entre nous l'avons remarqué, le meilleur dans l'escargot à la bourguignonne, c'est sa merveilleuse farce aillée. (site francevegetalienne.fr)
traductions
adjectif

SingulierPluriel
farcefarces

farce \faʁs\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est drôle, comique, qui inspire le rire, la moquerie.
    • C’étaient de grosses dames aux toilettes farces, de ces bourgeoises de banlieue qui remplacent la distinction dont elles manquent par une dignité intempestive. (, En famille, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, pages 125-126.)

nom

SingulierPluriel
farcefarces

farce \faʁs\ féminin

  1. pièce de théâtre#fr|Pièce de théâtre bouffonne.
    • PHILISTION , de Magnésie, poëte mimique , ou composeur de farces , vivoit à Rome peu après Horace. (Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique, ou le mélange curieux de l'Histoire sacrée & profane, édition revue et refondue par ‎Étienne François Drouet &‎ Claude Pierre Goujet, Paris : Les Libraires associés, 1759, vol.8, p.291)
    • Le drame bouffon, la farce, appartiennent plus en propre au Moyen Âge, mais encore ici il y a un certain rapport de filiation entre les acteurs des tréteaux du moyen âge et les derniers histrions de l’Antiquité. (Jean-Jacques Ampère, Vue générale de la littérature française au moyen âge, Revue des Deux Mondes, vol. 7, Adolphe Wahlen et Cie, Bruxelles, 1839)
    • Ces conflits-ci, les sujets préférés de la farce, se posent en général d’un point de vue entièrement masculin, où la femme n’entre que comme élément gêneur. (Konrad Schoell, La farce du quinzième siècle, 1992)
  2. comique#fr|Comique bas et grossier qui est propre aux farces.
    • Entre la poire et le fromage Bianchon arriva, par d’habiles préparations, à parler de la messe, en la qualifiant de momerie et de farce. (Honoré de Balzac, La Messe de l’athée,)
    • Cet auteur comique tombe souvent dans la farce.
  3. blague#fr|Blague, action qui a quelque chose de plaisant, de bouffon ou de ridicule.
    • Le Pacha ne put retenir son sourire devant ces farces enfantines. Il reprit son expression la plus sévère pour admonester les deux femmes. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
  4. (Par extension) Tour plaisant joué à quelqu’un.
    • Il aime à faire des farces aux gens.
traductions traductions
forme fléchie

farce \faʁs\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de farcer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de farcer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de farcer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de farcer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de farcer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.009
Dictionnaire Français