fat
étymologie
(XVIe siècle) De l’Provençal ancien fat, apparenté à fade, fada.

adjectif

SingulierPluriel
Masculinfat
\fat\
fats
\fa\
Fémininfate
\fat\
fates
\fat\

fat \fat\ ou \fa\ masculin (Le féminin est rare)

  1. (vieilli) sot#fr|Sot, niais.
    • Mais suis-je pas bien fat de vouloir raisonner
      Où de droit absolu j’ai pouvoir d’ordonner ?
      (Molière, Sganarelle)
  2. vaniteux#fr|Vaniteux, content de soi et qui le laisse voir.
    • Il y a peut-être je ne sais quoi de fat à vous envoyer sa médaille. (Voltaire, Lettre d’Argental, 3 mai 1769)
    • Cette émigration fate [les émigrés à Bruxelles, en 1792] m’était odieuse. (François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe)
    • Elle lui répondait poliment, toujours grave, sans rire jamais avec lui, et sans le laisser entrer chez elle. Cependant, un peu fat, comme tous les hommes, il s’imagina qu’elle était souvent plus rouge que de coutume lorsqu’elle causait avec lui. (, Le papa de Simon, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 178)
    • Il avait, cette année, acquis quelque pratique des femmes, ce qui lui permettait un air de supériorité un peu fat, mais dont je ne m’offensai point. (André Gide, La Porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, page 50)
    • Toujours le même dogmatisme raide, la même fate confiance en soi. (Maurice Genevoix, Au seuil des guitounes, 1918)
    • ''Pour épouser un homme, il faut l’aimer, je n’aime pas M. Duthoit./>— Et pourquoi ne l’aimez-vous pas ?/>— Parce qu’il est fat.../>— Fat ?/>— Et ridicule... (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts'', Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 338.)

  3. prétentieux#fr|Prétentieux.
    • Silvia. C’est une pensée de très bon sens ; volontiers un bel homme est fat, je l’ai remarqué.
      Lisette. Oh, il a tort d’être fat ; mais il a raison d’être beau.
      (Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, ''Le Jeu de l’amour et du hasard, acte I, scène première, 1730)

nom


fat \fat\ ou \fa\ masculin (pour une femme le mot est inusité mais on dirait : fate)

  1. Personne contente d’elle-même et qui le laisse voir.
    • Ce poème, cette exaltation cachée, enfin le cœur de Modeste fut insouciamment tendu par un geste de fat à ce petit Référendaire de la Cour des Comptes. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Tous les écrivains ne sont pas des anges, ils ont des défauts. Il en est de légers, d’étourdis, de fats, d’ambitieux, de débauchés. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Mais tout d’abord merci, car ce drôle, ce fat.
      Qu’au brave jeu d’épée, hier, vous avez fait mat.
      (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, 1897)
  2. Homme à prétentions auprès des femmes.
    • Le fait est que madame d’Aiglemont n’est jamais seule, disait un fat en appuyant le parti des jeunes dames. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)

FAT
étymologie
De l'anglais FAT, sigle de File Allocation Table (« table d'allocation de fichiers »).

nom

FAT \fat\ masculin, invariable

  1. (info) Système de fichier conçu par Microsoft pour stocker des données sur la mémoire morte.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.021
Dictionnaire Français