fenouil
étymologie
fenoil. Du bas latin fenŭcŭlum, altération du latin classique fenĭcŭlum « fenouil ».

nom

SingulierPluriel
fenouilfenouils

fenouil \fə.nuj\ masculin

  1. (plantes) Foeniculum vulgare, plante aromatique, de la famille des Apiacées, qui porte des fleurs jaunes et qui croît surtout dans le midi de l’Europe.
  2. (cuisine) Il se prend aussi pour la graine de la même plante.
    • Mettre du fenouil dans une sauce.
    • Et ces merveilleux poissons dont parlait Garrigou (ah ! bien oui, Garrigou !) étalés sur un lit de fenouil, l’écaille nacrée comme s’ils sortaient de l’eau. (Alphonse Daudet, Les trois messes basses, dans Contes du lundi, 1873, réédition Le Livre de Poche, 1974, page 199.)
    • Souvent, les bras croisés, adossé contre un pin, et mordillant une ombelle de fenouil, il me disait gravement : « Raconte-moi encore les bartavelles… » (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, page 49.)
    • « Tâche aussi de trouver des fenouils, mais moins gros que ceux de la dernière fois. Ils étaient durs comme des roseaux, et secs comme une canne à pêche. Il m’ont servi à allumer le feu ! » (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 83)
    • Les feuilles peuvent être ajoutées aux poissons, surtout s’il s’agit de poissons huileux à saveur prononcée, comme le maquereau; le fenouil aide à atténuer l’odeur du poisson et facilite la digestion. (Ernest Small, ‎Grace Deutsch, Herbes culinaires pour nos jardins de pays froid, 2011)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français