feutre
étymologie
Du frk filtir « étoffe grossière », voir Filz en allemand moderne. Filtrum est attesté en latin médiéval dès le huitième siècle.

nom

SingulierPluriel
feutrefeutres

feutre \føtʁ\ masculin

  1. Étoffe non tissée constituée de poils ou de fibres de laine agglomérées ensemble par soufflage, et mise sous pression avec ébouillantage dans la forme, ou, en fabrication traditionnelle mongole par mouillage et foulage.
    • Quant aux poils des carnivores et des rongeurs, ils fournissent à l’industrie la plus grande partie des substances employées pour faire des feutres, notamment dans la chapellerie. (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • J’essuie ma plume sur un petit carré de feutre, je la trempe dans le flacon d’encre noire, je recouvre en faisant très attention… il faut qu’il n’y ait aucune bavure… les pâles fantômes de bâtonnets, de lettres, je les rends le plus visibles, le plus nets possible… je contrains ma main et elle m’obéit de mieux en mieux… (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 134)
    • En vis-à-vis du bâtiment vétuste, l’établissement des jeunes élèves-maîtresses, guindées en leur costume sévère sous le chapeau de feutre sans élégance. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Par métonymie) Crayon dont la mine est faite en feutre ou en synthétique.
    • Par le terme « crayon », nous désignons tous les instruments graphiques : feutre, crayon de papier, crayon de couleur, pastel, pinceau, craie, etc. (Agnès Daubricourt, Jeux d’éveil à l’écriture, Éditions Eyrolles, 2011, page 97)
  3. (Par métonymie) Chapeau de feutre.
    • Paul Verlaine eut bientôt fait de prendre ses habitudes chez Procope. Entouré de sa troupe de fidèles, clopin-clopant, le feutre sur l’oreille et le visage emmitoufflé d’un immuable cache-nez, il popinait avec l’entêtement d’un ivrogne professionnel. (Laurent Tailhade, Xavier Privas, dans La Chanson sentimentale, de Xavier Privas, précédée d’une étude par Laurent Tailhade, Librairie Léon Vanier/A. Messein, successeur, 1906, page 2)
    • D’essais en essais, Capestang se trouva habillé de neuf depuis le feutre à la plume rouge jusqu’aux bottes de cuir fauve. (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • J’allais donner mon feutre au vestiaire quand Gégène me poussa doucement dans la salle. (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Apanage du bourgeois et du voyou, le feutre est un accessoire qui se perd. Symbole de civilité, de tact. Secours des timides mal entraînés à la galanterie. Hautement préférable à la casquette de base-ball, grossier couvre-chef avec sa visière aussi allongée qu’une langue d’iguane et aussi raide qu’une queue de poêle à frire, flanquée de deux porte-jarretelles croisés sur la nuque. (Philippe Delaroche, Caïn et Abel avaient un frère, Éditions de l’Olivier / Le Seuil, 2000, pages 338-339)
  4. Bourre dont se servent les selliers pour rembourrer une selle.
  5. (Mécanique), Matière fibreuse utilisée pour la lubrification, les joints et presse-étoupes d’étanchéité, ainsi que comme membranes de filtres.

traductions
  • allemand : Filz
  • anglais : felt
  • espagnol : fieltro
  • italien : feltro
  • russe : фетр

traductions
  • espagnol : rotulador
  • italien : pennarello
  • russe : фломастер

traductions
forme fléchie

feutre \føtʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de feutrer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de feutrer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de feutrer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de feutrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de feutrer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.021
Dictionnaire Français