fier
étymologie
(fier#fr-adj|Adjectif) Du latin ferus.
(fier#fr-verb|Verbe) Du latin fido.

adjectif

SingulierPluriel
Masculinfier
\fjɛʁ\
fiers
\fjɛʁ\
Fémininfière
\fjɛʁ\
fières
\fjɛʁ\

fier \fjɛʁ\

  1. Qui éprouve une satisfaction d’amour-propre souvent fondée.
    • ''– […] Comment est-il quand il rentre ?/>– Tout content, comme au début de notre mariage./>– Crois-moi, s’il avait une mauvaise conduite, il ne serait pas fier en rentrant à la maison. Ne pense plus à cela. (Jean L’Hôte, La Communale'', Seuil, 1957, réédition J’ai Lu, page 11)

    • Les plus militantes avancent à visage découvert, fières d'être putes, revendiquent leur droit à la parole et, face à la stigmatisation, aux injustices, à la répression, à la victimisation, au moralisme et au tabou, elles multiplient les débats et les interventions pour parvenir à exercer leur métier dans les meilleures conditions possibles. (Jean-Michel Carré, Travailleu(r)ses du sexe. et fières de l'être, Le Seuil, 2010, chap. 6)
    • Il nourrit six enfants ; pour ses noces d’étain, sa petite famille lui a offert un cadeau dont il n'est pas peu fier : la maquette, cuivrée, d’une gondole d’or. Initiales sculptées... éclairage indirect... Elle est électronique... et elle joue Santa Lucia !!! (Jacques Rouré, Vaporetto, vaporetti, Éditions de La Table ronde, 1984, chap. 15)
    • (Figuré)Le Beerenberg apparut fier et arrogant dans une brusque et étroite déchirure des nuées ; le blanc immaculé de son sommet éclairé par le soleil se détachait dans une auréole d’azur. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  2. (familier) Remarquable. — Note: Dans ce sens, se place toujours devant le nom qu'il qualifie.
    • Décidément, peuples civilisés, vous êtes ou de fiers coquins ou de grands imbéciles : de fiers coquins, si c'est sciemment et après mûre délibération que vous dépensez votre temps, votre or et votre génie pour trouver les meilleurs moyens d'assassiner et de massacrer le plus promptement possible le plus grand nombre de vos semblables ; mais vous n'êtes que de grands imbéciles , si vous qui souffrez de la guerre, vous ne voulez pas tuer la guerre. (Joseph Boniface, La Belgique indépendante: de la neutralité armée, Bruxelles & Leipzig : chez A. Lacroix, Verboeckhoven & Cie, 1861, page 30)
    • Ce Tactale était le mari de la femme-chef, la mère du Grand-Soleil; c'était à la fois un fier filou et un gars qui avait la langue sacrément bien pendue. (Hubert Jules Deschamps, Manon l'Américaine: ou, La vie de René des Grieux : histoire sauvage des deux mondes, Éditions Opta, 1977, page 194)
    • Notre voisin l'ancêtre était un fier galant
      Qui n'emmerdait personne avec sa barbe blanche.
      (Georges Brassens, L'Ancêtre, in Misogynie à part, 1969)
  3. (Héraldique) (rare) Se dit d'un lion représenté avec le poil hérissé.

traductions
adjectif

SingulierPluriel
Masculinfier
\fjɛʁ\
fiers
\fjɛʁ\
Fémininfière
\fjɛʁ\
fières
\fjɛʁ\

fier \fjɛʁ\

  1. (Lorraine) (Champagne) (Franche-Comté) Aigre ; acide, en parlant de la sensation au goût.
    • Le faix des poires courbe les branches et les incline presque jusqu'à la terre : les belles pommes fières avec leurs joues bien rouges ravigotent les hôtes. (Johann Wilhelm Simler, Chant d'automne, dans Poètes baroques allemands, traduis & présentés par Marc Petit, éd. F. Maspero, 1977, p. 179)
    • Il a encore ce sens dans l'Est, où des fruits « fiers » sont des fruits verts, à la saveur acide et qui font grincer les dents. (L'Express, 1968, n° 863-875, p. 40)

adjectif

SingulierPluriel
Masculinfier
\fjɛʁ\
fiers
\fjɛʁ\
Fémininfière
\fjɛʁ\
fières
\fjɛʁ\

fier \fjɛʁ\

  1. (marbrerie) Qualifie un marbre qui s'éclate aisément sous le ciseau parce que le grain en est très fin et trop sec.
    • Il y a des marbres revêches dont le travail est très-difficile : les ouvriers les appellent marbres fiers, parce qu'ils résistent trop aux outils et qu'ils ne leur cèdent qu'en éclatant; […]. (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Œuvres complètes de Buffon, vol. 10: Les minéraux, Paris : chez Garnier fréres, 1855, p. 156)
    • Défauts des marbres. Il faut rejeter : les marbres fiers, qui sont trop durs et résistent à l'outil; les marbres filandreux, ayant des fils ou fissures, qui nuisent au poli et rendent le marbre plus apte à se briser; […]. (Carl Nachtergal, Agenda du bâtiment, De Boeck Supérieur, 1988, p. 45)
    • Destiné à être sculpté, le marbre blanc ne devait contenir aucun fil, aucune scorie et, moins encore, ces parties « pouf » où le coup de pointe brusquement assourdi s'accompagne d'un petit effritement plâtreux. On voulait qu'il n'offrît que des parties « fières », c'est-à-dire dures, en terme de métier, et d'un blanc de saindoux. (La Revue de Paris, au Bureau de la Revue, 1966, vol. 66, part. 2, p. 15)
antonymes
verbe

fier \fje\ transitif conjugaison (pronominal : se fier)

  1. Remettre à la fidélité de quelqu’un.
    • Il y a là des débiteurs comme il y en a au camp de César; mais ceux-ci fient leur fortune à leur général, ceux-là, trop grands seigneurs pour ne pas faire eux-mêmes leur part, stipulent chacun pour soi. (François Joseph Marie Thérèse Nompère de Champagny, Les Césars, tome 1 :Histoire des Césars jusqu'à Néron, Bruxelles & Louvain : chez C.-J. Fonteyn, 1853, p. 114)
    • Mais tel que le pêcheur au seuil de la cabane,
      Où la vigne de grève accroche ses raisins,
      Cloue un portrait bénit de madame sainte Anne,
      Eux fiaient leur église à la garde des Saints :
      (Félix Jeantet, « Post-face », dans Les Plastiques, Paris : chez G. Charpentier et Cie, 1887, p. 309)
  2. (pronominal) Remettre sa confiance en quelqu’un ou en quelque chose ; compter, faire fond sur quelqu’un ou sur quelque chose.
    • Il n’auroit pas fallu que les ordres supérieurs se fiassent à la parole que le tiers-état lui donna de conserver leurs privilèges honorifiques en l'engageant à se réunir à lui. (Anonyme (François Marchant), Les Sabats jacobites, au Palais royal, 1791, p. 370)
    • Les bénédictins dans cette occurrence péchèrent donc par orgueil. Ils se fièrent aux nombreux domestiques du couvent qu'ils croyaient capables de repousser une attaque. […]. Ils se fièrent aussi en Dieu, les pauvres moines, et en leur bonne cause. (H. Leymarie, « Excursion à Die », dans la Revue du Lyonnais, Lyon : chez Léon Boitel, 1835, vol. 1, p. 466)
    • Si nous avions engagé Krotz et son parti à nous servir de guides, ce n'est pas que nous nous fiassions beaucoup à eux ; mais où trouver de meilleurs cochers dans le pays ? (Thomas Arbousset, Relation d'un voyage d'exploration au nord-est de la colonie du Cap de Bonne-Espérance, Paris : chez Arthus Bertrand, 1842, p. 235)
    • Mon père dit toujours que mon sens de l’orientation en forêt est troublant – tout comme mon aptitude à retrouver mon chemin jusqu'au point de départ – mais je ne m’y fiais pas à cet instant. Je m'arrêtai sous un arbre gigantesque. (Kelley Armstrong, Pouvoirs Obscurs, tome 5 : Soupçons, traduit de l'anglais par Audray Sorio, éd. Castelmore, 2015, chap. 6)
    • (ironique) — Fiez-vous-y, fiez-vous à cela, On ne doit pas compter là-dessus.
    • Oui, oui, fiez-vous à ces belles promesses.
    • Bien fou qui s’y fie.

traductions
  • allemand : vertrauen
  • anglais : put one's trust



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français