fier-à-bras
étymologie
Du nom d'un roi sarrasin d'une chanson de geste, « lequel étoit venu défier toute la chevalerie française »  [Gabriel-Henri Gaillard, Histoire de Charlemagne : suivie de l' Histoire de Marie de Bourgogne, vol.2, 1819, p.223].

nom


fier-à-bras \fjɛ.ʁa.bʁa\ masculin

  1. (familier) Fanfaron qui fait le brave ; matamore.
    • Quand on voudra citer un hâbleur, un vantard, un belître, incapable de modérer sa langue, un fier-à-bras qui menace s'avaler le monde, on parlera d'Adhémar de Trémazenc de Capestang ! (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Un noble avait fait rosser Voltaire et je serais cravaché, peut-être, par un capitaine, ancien fier-à-bras de jardin public. (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 137.)
    • Tu joues les fiers-à-bras ? On m'avait dit que tu étais le pire trouillard de la Cothurne. (Glen Cook, Le Château noir, 1984)

traductions
  • russe : хвастун



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français