figer
étymologie
Du latin figereficher en terre », « fixer », ces deux verbes étants des doublons étymologiques de « figer »).

verbe

figer \fi.ʒe\ transitif ou pronominal conjugaison (pronominal : se figer)

  1. Fixer ; rendre immobile ou invariable.
    • Le réflexe jacobin, aggravé par le réflexe conservateur, condamnerait le français au ghetto, à un pittoresque archaïsant. Tout bouge, tout évolue. Le pédantisme, qui veut figer la langue, est la lettre morte d'une science vétilleuse. (Pol Vandromme, Jours d'avant, L'Âge d'Homme, 1993, p. 81)
    • Des expressions figées, des termes que l’usage a rendus invariables.
  2. Congeler, coaguler, condenser par le froid, par le refroidissement. Il se dit surtout en parlant des huiles.
    • L’air froid fige la graisse des viandes.
    • On a prétendu que certains poisons figeaient le sang dans les veines.
    • L’huile se fige très facilement.
    • Ce bouillon s’est figé.
  3. (Figuré) Immobiliser, paralyser, en parlant des personnes qu’un sentiment de peur, de surprise, de timidité cloue sur place.
    • Dans l'espoir de revenir ce soir à la maison couvert de bleus, Pablo saute dans l'arène, ramasse une cape et se fige droit comme un piquet face à la vachette et interpelle la bête. « Hooy toro », de sa petite voix. (Ellande Bakean, Papa j'aime un homme, Société des Écrivains, 2014, p. 22)
    • Ce jeune homme semble un peu figé. — Une attitude figée. Les paroles se figent sur ses lèvres.

traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.020
Dictionnaire Français