fil à plomb
étymologie
(1845) Anciennement, on disait simplement « plomb » : « se dit aussi particulièrement de l’instrument dont les Maçons & les Charpentiers se servent pour élever perpendiculairement leurs ouvrages, soit qu’à cet instrument il y ait effectivement du plomb attaché au bout d’une ficelle, soit qu’il y ait un autre corps pesant [1] ».
(1776) Le mathématicien et abbé Sauri dans son « Précis de mathématiques » parle de fil d'aplomb (pages 132 et suivantes) [1].

locution nominale


fil à plomb \fil‿a plɔ̃\ masculin

  1. Outil formé d’une masse de plomb fixée à un fil, servant à donner la verticale.
    • Maintenant, dit le colonel Everest, il faut déterminer d’une façon précise le point de départ de notre opération, en portant un fil à plomb tangent à l’extrémité de la première règle. (Jules Verne, Aventures de trois Russes et de trois Anglais - 1872)
    • Les outils de tracé et de contrôle sont l’équerre, la règle, la fausse équerre dite sauterelle, le biveau, le panneau ou gabarit, le compas, le fil à plomb et le niveau. Ces outils se retrouvent dessinés ou gravés sur de nombreux documents ou monumets de l'Antiquité à nos jours. (Frédérick Tristan, Jacques Thomas & louis Monnier, Le Livre d'or du compagnonnage, éd. J.-C. Godefroy, 1992)
    • Bâtis sans liant, ni instruments, ni fil à plomb, ces abris de pierres de calcaire, assemblées « en écailles de poisson », arborent une porte tournée vers le sud, un toit en dôme ou en chapeau de gendarme et une voûte en encorbellement. (L’Express, 6 juillet 2006)
    • Avec sa gueule de « command car » et sa carrosserie dessinée au fil à plomb, le [Jeep] Commander semble échappé d’un théâtre d’opérations. (Le Figaro, 9 juin 2006)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français