flûter
étymologie
De flûte avec suffixe -er.

verbe

flûter \fly.te\ intransitif et transitif conjugaison

  1. (vieilli) Jouer de la flûte.
    • Quand il veut flûter, il s’en va le dimanche, et mêmement la nuit, dans des endroits non fréquentés où il flûte à sa guise ; et quand je lui demande de flûter pour moi, il me répond qu’il ne sait pas encore ce qu’il veut savoir, et qu’il m’en régalera quand ça en vaudra la peine. — (George Sand, Les Maîtres sonneurs, George Bell and sons, 1908, pages 45-46)
  2. (analogie) Rendre des sons analogues à ceux de la flûte. voir flûté
    • Entendez-vous flûter le merle ?
    • Tenez, moi je me sens la cousine de l'ortolan — vous savez, le petit oiseau qui flûte sa chanson en cinq notes à la pointe des piquets de vigne — et j'ai de très tendres affinités avec les rainettes de la Cisse. (Maurice Bedel, Le mariage des couleurs, 1951, ch. II)
    • – « Mais, monsieur le directeur, osai-je flûter, ce que vous appelez le hasard, c’est peut-être le destin, ou l’ordre de Dieu. N’est-il pas dangereux de contrarier ses commandements ? » (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 50)
  3. (Figuré) (familier) (vieilli) Boire beaucoup, en particulier de l'alcool voir picoler, siffler.
    • Le cardinal Canali n'y figurait jamais [dans un dîner traditionnel], mais les chapelains restaient volontiers, et flûtaient parfois d'abondance le champagne Polignac. (Roger Peyrefitte, Chevaliers de Malte, deuxième partie, chapitre VI ; Éditions Flammarion, Paris, 1957, page 131)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français