forger
étymologie
(XIIe siècle) Du latin fabricare qui donne aussi fabriquer.

verbe

forger \fɔʁ.ʒe\ transitif conjugaison

  1. Façonner le fer, ou quelque autre métal, par le moyen du feu et du marteau.
    • On peut forger un fer à cheval, une barre de fer, une épée, des armes. - Je veux apprendre à forger.
  2. (Équitation) Trotter, en touchant les fers des pieds de devant avec les fers des pieds de derrière, en parlant d’un cheval.
    • Ma parole, ce cheval forge.
  3. (Figuré) Inventer, fabriquer (un mot, une expression, une histoire).
    • Ils ont forgé de nouveaux mots, et ils ont donné droit de cité à des mots grecs. (D. S. Blondheim, Les parlers judéo-romans et la Vetus Latina, 2013)
    • Si au contraire c’est une histoire forgée par quelque nouvel Auteur contenant des faits fabuleux, on ne doit plus faire aucun fond sur ces annales. (Louis Ellies Dupin, L’Histoire profane, 1714)
  4. (Figuré) Controuver, falsifier, contrefaire.
    • Un fanatique, qui eût forgé un document pour authentifier une trahison de la réalité de laquelle il eût été convaincu, ne se fût pas tué. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)

traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français