géhenne
étymologie
Du latin gehenna, de l’hébreu גיהנום, vallée au sud de Jérusalem, où des Ammonites, une ethnie cananéenne, offraient des enfants en sacrifice au dieu Moloch.

nom


géhenne \ɡe.ɛn\ ou \ʒe.ɛn\ féminin

  1. (religion) (Au singulier) L’enfer.
    • Par contre, la Géhenne et ses tourments de feu seront réservés à ceux qui n’ont pas été fidèles aux commandements durant leur vie. (Thierry Legrand, Le thème du feu dans les traditions targumiques du Pentateuque, dans Les hommes et le feu de l’Antiquité à nos jours : Du feu mythique et bienfaiteur au feu dévastateur, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, page 38)
    • Aucun de nous ne savait ce qu’était la Géhenne, mais j’ai tout de même levé la main et j’ai dit : « Je sais, Rebbe, je sais… La Géhenne, c’est l’endroit où on envoie des casses-pieds comme nous ! Il n’y a ni bonbons, ni bubble-gum ni rien du tout dans la Géhenne, […]. » (Jérôme Charyn, L’homme qui rajeunissait, éd. Complexe, 1993, page 55)
    • Encore fallait-il savoir quand, où, et comment, nous prenions le risque de contrevenir aux lois de l'Église, notre mère fouettarde. Car en cas de flagrant délit, on nous promettait la géhenne, on imaginait de vertigineuses oubliettes où seraient jetés les coupables. (Jérome Garçin, « Confesser ses péchés », dans Les huit péchés capitaux, présentation de Jérome Garçin, Editions Complexe, 1991, p. 9)
  2. (Par extension) Endroit où l’on a beaucoup à souffrir.
    • C’est une véritable géhenne.
    • Elle ne s’habitua pas. L’école était une géhenne et le resta. (Amélie Nothomb, Robert des noms propres, éd. Albin Michel, 2002, page 48)
  3. (Par extension) Torture ; intense souffrance ; douleur intolérable.
    • Je pense qu’il y a plus de barbarie à manger un homme vivant qu’à le manger mort, à déchirer par tourments et par géhennes un corps encore plein de sentiment, le faire rôtir par le menu, le faire mordre et meurtrir aux chiens et aux pourceaux […]. (Michel de Montaigne, Essais : avec le texte intégral du chapitre I, 31, « Des cannibales », commenté par Marc Foglia, Bréal, 2005, p.37)
  4. (Figuré) Souffrance physique ou morale atroce.
    • Et bien des fois, descendu dans la nuit des géhennes sociales, j’ai porté aux moribonds la résignation, l’espérance aux désespérés ; bien des fois j’ai changé en cris de joie les lamentations farouches de ces damnés. (Octave Mirbeau, [http://www.la-pensée-française.com/octave-mirbeau-chanson-carmen.html Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882)])

traductions
forme fléchie

géhenne \ʒe.ɛn\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de géhenner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de géhenner.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de géhenner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de géhenner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de géhenner.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.027
Dictionnaire Français