gai
étymologie
Emprunt à l’Provençal ancien gai, jai « pétulent, vif » (par l’influence des troubadours), emprunté à son tour au safesubst gāhi « soudain, rapide, impétueux ». À comparer avec l’allemand jäh « abrupt, précipité », le safesubst géi « abrupt, escarpé » et le néerlandais gauw « vite, bientôt ».

adjectif


gai \ɡe\ ou \ɡɛ\

  1. Qui a de la gaieté.
    • Quoi qu’il en soit, l’espérance de revoir le pauvre baron gai et gaillard m’a bien épargné de la tristesse. (Lettre de Madame de Sévigné à Madame de Grignan, à Vichi, mardi 28 mai 1676)
    • On ne pouvait rien voir de plus gracieux que cette svelte blondine, jeune, gaie, folâtre ; pas un homme qui eût résisté à ses agaceries. (Johann Wolfgang von Goethe, Campagne de France, 1822 ; traduction française de Jacques Porchat, Paris : Hachette, 1889, p.2)
    • Tout en procédant à sa toilette, elle parle toute seule, bavarde, gaie, animée, à cause qu’on est encore au printemps de la journée. (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Un parent qui ne croit pas au Père Noël, n’est pas un bon parent car il ne croit pas en sa propre étoile ni en tout ce qui est positif dans la vie et gai ! (Jean-Claude Baudot, La fabuleuse histoire du Père Noël, 2001)
  2. Qui porte le caractère de la gaieté, en parlant des choses.
    • Son visage était gai, sa bouche était vermeille. (Tristan, Panthée, II, 2)
    • Un ravissant cimetière, tout gai, tout ensoleillé, tout fleuri de clématites et de roses entoure l’église ; […]. (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
  3. règne la gaieté.
    • Notre repas fut le plus gai du monde, et j’y fus plus gai que personne. (Pierre de Marivaux, Paysan parvenu, 2e part.)
  4. Qui inspire la gaieté.
    • La frontière est passée, c’est l’Apennin qui commence. Un soleil gai luit sur les arêtes vives des cimes; la poitrine aspire un air sain; […]. (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, vol.2, 1866)
    • Sa maison était propre, bien tenue ; elle tranchait avec la blancheur gaie de sa façade et le luisant de ses meubles, sur les taudis immondes où, d’ordinaire, croupissent dans la fange et dans la vermine, les marins bretons. (Octave Mirbeau, Les eaux muettes)
    • Un gai soleil éclairait la scène : une large avenue bordée de cavaliers, toute blanche de fleurs, éblouissante sous le dôme bleu du ciel, […]. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 132)
    • Le vert est plus gai ; vous avez raison, il n’y a qu’à le laisser comme cela. (Florent Carton, Vert galant, sc. 26)
    • Chambre gaie, appartement gai, chambre, appartement qui, par sa disposition, et l’abondance du jour qu’il reçoit, inspire la gaieté.
    • Avoir le vin gai, être ordinairement de belle humeur quand on a un peu bu.
  5. (Par extension) (Par euphémisme) Qui a ingéré une substance enivrante.
    • Le vieillard, que le vin de Montmeillan avait rendu gai et bavard, ne demandait pas mieux que de me les conter. (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes T.1, 1833)
    • Comme ils devenaient un peu plus gais sur la fin du repas, selon la coutume des philosophes qui dînent. (Voltaire, Oreilles, 5.)
  6. (musique) Allegro.
    • Un air d’un mouvement gai.
  7. (vieilli) Qui a trop de jeu, qui n’est pas assez serré.
    • Cette vis est trop gaie.
    • Ma tabatière était trop gaie, elle s’est ouverte dans ma poche.
  8. (En particulier) (marine) Se dit d’un mât ou de tout autre objet, lorsqu’il est trop lâche dans son trou ou dans la place qu’il occupe.
  9. Vif, léger et brillant, en parlant des couleurs.
    • Des couleurs gaies.
  10. Gaillard, libertin.
    • Propos, conte gai.
  11. (Québec) Gay.
    • Elle est gaie. C’est évident. Elle aime les filles. Florence préfère les filles aux garçons. (Isabelle Gagnon, La fille qui rêvait d’embrasser Bonnie Parker, p. 44, éditions du remue-ménage, Montréal, 2010)
synonymes antonymes
traductions
nom


gai \ɡe\ ou \ɡɛ\

  1. Petit poisson qu’on nomme aussi pucelotte.

interjection

gai \ɡe\ ou \ɡɛ\

  1. (vieilli) Interjection qui s’emploie pour exciter à la gaieté et aussi au mouvement, à l’action.
    • Allons, gai ! vous a-t-on donné votre congé ? (Jean-François Regnard, Le Joueur, III, 2.)
    • Gai ! gai ! serrons nos rangs, Espérance De la France ; Gai ! gai ! serrons nos rangs, En avant, Gaulois et Francs ! (Pierre Jean de Béranger, Gaulois et Francs)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.011
Dictionnaire Français